Coopération Guinée-Rwanda : « Le président Doumbouya n’a pas à être séduit par le système Rwandais » (Kalémodou)

il y a 1 mois 98
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans le cadre de la coopération bilatérale, la Guinée renforce ses liens avec le Rwanda, pays dirigé par le président Paul Kagamé.

Pour insuffler une nouvelle dynamique à cette coopération bilatérale, le président Mamadi Doumbouya et son homologue Rwandais, se sont rencontrés au moins deux (2) fois cette année.

Au yeux du vice-président en charge des questions économiques de l’UFDG Kalémodou Yansané, le président Mamadi Doumbouya n’a pas à être séduit par le système Rwandais.

« Il y a eu une guerre civile au Rwanda, beaucoup de personnes ont perdu la vie, après, chacune des parties a pris conscience que la Guerre n’est pas bonne. C’est vrai que le Rwanda est l’un des pays les plus propres de l’Afrique, c’est un pays qui avance bien, il y a la paix, mais ce que nous apprenons également que celui qui dirige ce pays est qualifié de dictateur. Il n’y a aucune ouverture pour l’opposition, tout ceux qui se présentent contre lui sont persécutés, c’est la mauvaise phase de la médaille. Est-ce un dictateur éclairé ? Est-ce un dictateur tout court ? Le Rwanda est à plus de 10 mille km de la Guinée, avoir des relations si proches, je ne trouve pas raison. Rien ne filtre, rien n’est sûr, si c’est comme ça chacun est libre de spéculer comme il entend. Le président Mamadi Doumbouya n’a pas à être séduit par le système Rwandais. C’est la Sierra Leone où le Liberia qui devaient être séduits par le système Rwandais, ils ont connu les mêmes guerres civiles. La Guinée est beaucoup plus grande et beaucoup plus riche que le Rwanda », a-t-il laissé entendre, ce samedi 18 mai, au cours d’un entretien avec mosaiqueguinee.com.

Cette sortie de Kalémodou Yansané intervient au moment où le premier ministre Amadou Oury Bah prend part à l’Africa CEO Forum à Kigali, capitale du Rwanda sous le thème « IA, Leadership, marché commun: Comment l’Afrique peut gagner sa place à la table des puissances de demain ».

Saidou Barry

Lire l'article en entier