Boké : pour avoir organisé un concert le jour de L’Aïd, le directeur préfectoral de la Jeunesse se fait suspendre par le préfet de Boké

il y a 1 mois 119
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

A Boké, le directeur préfectoral de la Jeunesse, Alhassane Sané a été suspendu ce vendredi 12 avril par le préfet pour avoir autorisé l’organisation d’un spectacle au stade du 1er Mai, le jour de l’Aïd El-Fitr. Il est provisoirement remplacé par son adjoint.

La nouvelle de sa suspension lui a été annoncée hier au cours d’un rassemblement à la Préfecture. Le concert autorisé par le DPJ aurait une portée politique. Mais pour Alhassane Sané, c’est un concert qui permettait aux jeunes de s’amuser le jour de la fête. « Ce sont les jeunes promoteurs de Boké qui sont venus me voir pour l’organisation d’un concert le jour de la fête de ramadan au stade préfectoral de Boké. Puisque cela relève de mes prérogatives, j’ai donné mon accord de principe et je leur ai demandé de m’adresser un courrier administratif. Je leur ai également prodigué d’utiles conseils concernant la sécurité et la paix. C’est après cela qu’ils ont tenu le concert. Je n’ai certes pas été au stade. Mais on m’a fait le compte rendu de tout ce qui s’y est passé.  Dieu merci, l’évènement s’est déroulé dans les meilleures conditions et les enfants se sont bien amusés, sans aucun incident », nous a confié le directeur suspendu au cours d’un entretien téléphonique. Avec cette décision, Sané dit être déçu d’un préfet qu’il appréciait pourtant beaucoup.

Avant d’annoncer la décision au DPJ, le préfet colonel Seny Silver Camara lui aurait adressé des menaces et des propos déplacés. A ces propos, le directeur suspendu a réagi en disant : « je voudrais dire au préfet que dans chaque ethnie il y a des mauvais grains et des bons. Donc, qu’il arrête de s’attaquer à une communauté. Si j’ai fait une faute en tant que DPJ, qu’il me blâme ou m’avertisse ou encore me sanctionne. Mais qu’il s’abstienne de toucher à ma communauté. Je n’ai pas aimé du tout qu’il tienne des propos comme ceux tenus aujourd’hui à l’encontre de ma communauté ».

Lire l'article en entier