La convergence des acteurs sociopolitiques n’exclut pas de suspendre leur participation au cadre de dialogue (Raisons)

il y a 1 mois 116
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

La nomination de Bah Oury au poste de premier ministre, après la dissolution du gouvernement de Bernard Goumou continue d’alimenter les débats.

Face à la presse ce jeudi 29 février 2024, à Conakry, la Convergence des acteurs sociopolitiques engagés dans le dialogue inter-guinéen, a dénoncé la démarche du chef de la transition.

« Nous constatons malheureusement que le choix du nouveau Premier ministre n’a été précédé de la moindre concertation des entités politiques et sociales, pourtant partie prenante au Cadre du dialogue inclusif inter-guinéen et dans la mise en œuvre des 35 résolutions issues du Cadre du dialogue inclusif inter guinéen. Nous estimons qu’un tel procédé ne pourra pas conférer à ce choix une plus grande légitimité, pourtant nécessaire à la mise en œuvre sereine des dix (10) étapes du Chronogramme de la Transition et des 35 résolutions issues du Cadre du dialogue inclusif inter-guinéen. Nous soutenons que ce choix non consensuel pourrait en outre fragiliser l’espace politique et social au regard de la personnalité de la personne qui est promue à ce poste », ont dit les acteurs politiques, à travers une déclaration.

Dans la même logique, ces acteurs politiques ayant pris part au dialogue ont invité le président de la transition à prendre des décisions incluant la classe politique, partie prenante du dialogue. Mais bien avant, ils suspendent leur participation au dialogue, jusqu’à nouvel ordre.

« Nous, les organisations membres de la Convergence, soucieuses de la réussite de la Transition, invitons les Autorités de la Transition à privilégier un mécanisme inclusif avec les acteurs sociopolitiques impliqués dans ledit Cadre du dialogue, dans la mise en place du prochain Gouvernement, gage d’une transition apaisée et réussie. Nous nous réservons le droit de suspendre notre participation aux différents organes du Cadre du dialogue jusqu’à nouvel ordre, à savoir les Commissions de Vulgarisation, les Secrétariats Techniques et le Comité National Permanent du Suivi de la Mise en œuvre des Résolutions du Cadre du dialogue », a lancé cette organisation.

Hadjiratou Bah

Lire l'article en entier