JO de Paris, invitation de Macron au Général Doumbouya : Les « confidences » du ministre de la jeunesse et des Sports Keamou BOGOLA Haba

il y a 1 mois 110
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Alors que les Jeux Olympiques de Paris 2024 pointent à l’horizon, le ministre guinéen de la jeunesse et des Sport fait le point sur les préparatifs des athlètes guinéens. Dans cet entretien accordé à nos confrères d’Africaguinee.com, Kéamou Bogola Haba revient sur l’invitation que le Président français Emmanuel Macron a adressée au Président de la Transition, Général Mamadi Doumbouya pour prendre part à la session inaugurale de ce rendez-vous sportif planétaire, prévu du 26 juillet au 11 août 2024. Le ministre des Sport évoque aussi le niveau d’évolution de l’homologation des stades guinéens.

AFRICAGUINEE.COM : De nombreux fans sont nostalgiques de leur équipe sur les pelouses guinéennes. Qu’est-ce qui est en train d’être fait pour ramener les matchs au niveau local ?

KÉAMOU BOGOLA HABA : C’est vrai que nous sommes très peinés. Vous constatez que depuis pratiquement 2021, nous n’arrivons plus à jouer nos matchs ici. Nos stades ne sont pas homologués. Je crois que le gouvernement, depuis sa mise en place a mis les bouchées doubles. Vous constaterez que les chantiers qui étaient en berne, ont tous repris. Et, le stade de Nongo, grâce à Dieu, sera opérationnel sous peu. Il en est de même pour le stade du 28 septembre. Les entreprises travaillent énormément. Nous assurons que dès après les vacances, nous allons accueillir ici nos matchs. Nous en ferons une priorité. L’équipe du ministère, comme au niveau des entreprises, partageons la même volonté.

Mais il faut avouer que de ce côté aussi, il y avait beaucoup de problèmes liés à l’engagement des uns et des autres. Mais aujourd’hui, la fédération guinéenne de football est en harmonie avec le ministère, mais aussi avec la Caf, avec la Fifa, pour l’homologation des stades. Nous évoluons ensemble pour que, à la fin de l’exercice, nous soyons tous capables de dire oui, le stade est homologué. Avant, la fédération n’était pas associée, elle ne venait pas, parce qu’elle était frustrée, mais toutes ces frustrations sont derrière nous. Nous sommes tous engagés à ce que nos stades soient homologués.

Parlons des JO. Qu’est-ce qui est envisagé par le gouvernement pour mettre les athlètes guinéens dans les conditions optimales de pouvoir engranger des médailles à Paris ?

La première d’abord, c’est les qualifications. Parce que, qui parle de participer, parle de qualification. Et je dois vous dire, ça coûte excessivement cher, financièrement comme dans l’effort humain et en effort d’organisation. Nous remercions le comité national des ligues sportifs guinéens, qui à travers l’ensemble des fédérations, sont engagés à engranger des points pour pouvoir qualifier les équipes. Aujourd’hui, nous avons je crois 11 qualifications toute disciplines confondues. Nous avons des judokas qui sont qualifiés, nous avons la lutte, le taekwondo, le tire à l’arc…le football. Nous avons aussi l’athlétisme qui est une première victoire depuis des années. Nous étions invités généralement. Donc, cette fois-ci, tous ces qualifiés-là, sont qualifiés vraiment avec la sueur au front. Beaucoup ont atteint les 65 points selon les disciplines. Et les derniers aussi sont dans ce souci de qualification.

Dans beaucoup de pays où il y a des compétitions, il faut les envoyer compétir, et engranger des points. C’est ça d’abord la première des choses que le gouvernement fait. Pour l’équipe de football qui n’était pas encore qualifiée, mais tout a été fait… Donc, ça c’est le premier effort au niveau du gouvernement et au niveau de l’ensemble des fédérations, pour avoir des qualifiés qui seront là-bas.

Maintenant, ce qui concerne les préparatifs, nous travaillons d’abord pour que les athlètes restent ensemble jusque-là. Et je crois que, du côté du football, nous aurons à affronter l’Argentine. Notre choix le plus ardent est de trouver les moyens de longue durée, comme ce sont des vacances, pour ne pas que les enfants se dispersent, c’est le défi.

Donc, nous avons deux matchs à Nice, sur le football et à Saint Étienne. Il faut les moyens pour que ce regroupement puisse avoir lieu. Après ce match contre l’Algérie, ce qui nous préoccupe, il faut mobiliser les fonds afin que nous ayons une très grande délégation en France. Nous allons compter aussi sur nos compatriotes de la diaspora pour la mobilisation, parce que beaucoup ne quitteront pas la Guinée pour aller. Là, il faut des visas, il faut des billets d’avion. Et nos compatriotes qui vivent déjà en Europe où aux États-Unis qui n’ont pas de problème de visa ou de billet d’avion parfois ou d’hôtel, nous comptons sur eux pour leur mobilisation autour de l’équipe de ce côté.

Et, nous comptons aussi sur les bonnes volontés. Un comité de soutien sera mis en place. Nous allons lancer les jeux officiellement ici avec si possible des maires, dans nos maisons des jeunes, vue déjà que la retransmission sera en direct avec la Rtg. Donc, les dispositions sont en train d’être prises pour que les guinéens soient présents et de manière très visible avec la Branding Guinée en avant.

Est-ce que le chef de l’État sera présent justement à cet évènement sportif mondial ?

Je ne peux pas parler à sa place. Ce qui est extrêmement important, c’est que dans l’esprit des jeux, le chef de l’Etat est officiellement invité, non seulement par le pays organisateur, et le président Macron. Là je le confirme pour avoir reçu la lettre du Président Macron mais aussi du président du CIO (Comité international olympique). Donc, c’est une invitation co-signée.  Maintenant, les invitations, c’est une chose. La visite du président, c’est une autre chose. Là, je ne peux pas répondre à sa place ni à la place de la diplomatie guinéenne. Mais ce qui est très important, c’est que la famille sportive a fait sa part du boulot en qualifiant non seulement l’équipe, mais en invitant leur président à assister. Ce qui est important, c’est qu’il est invité. Et ça c’est extrêmement important pour le peuple de Guinée mais aussi pour toute la famille sportive.

A suivre !

Une interview réalisée par nos confrères d’Africaguinee.com

The post JO de Paris, invitation de Macron au Général Doumbouya : Les « confidences » du ministre de la jeunesse et des Sports Keamou BOGOLA Haba first appeared on Libre Opinion Guinée.
Lire l'article en entier