Guinée : le réseau des femmes leaders africaines lance son programme de “transition écologique des femmes”

il y a 2 jours 78
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

African Women Leaders Network (AWLN) ou Réseau des Femmes Leaders Africaines en ordre de bataille pour la restauration du couvert végétal. L’organisation des femmes leaders de Guinée a animé hier, mardi 9 juillet 2024, une conférence de presse à Conakry. Objectif, lancer les couleurs de son programme dénommée “transition écologique des femmes de Guinée (PTEFGUI)’’. Le réseau ambitionne de servir de vecteur à une large mobilisation des femmes pour une transition écologique durable en plantant 2 500 000 arbres en 5 années, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

“Notre planète est en danger et la Guinée n’est pas en reste”. C’est sur ces mots que ce programme très ambitieux porté par le réseau des femmes leaders africaines de Guinée, en collaboration avec le réseau des femmes ministres et parlementaires de l’Afrique, a lancé la mobilisation autour de ce programme de transition écologique. Initié sous l’égide de l’organisation des Nations Unies, le programme s’étend sur 5 ans (2025-2029) et comprend 4 projets phares à savoir : projet de reboisement inclusif et durable sous le sigle “une femme, un arbre”, projet de gestion des déchets solides, projet d’intensification de l’usage des foyers améliorés et du réchaud à gaz et le projet innovant en énergie renouvelable visant la production de l’éclairage à base l’argile, de bambou et de plastique recyclé.

Pour Mariama Diallo Sy, ancienne ministre et présidente d’AWLN Guinée, cette initiative vise à responsabiliser les femmes dans la lutte contre la restauration de l’environnement.

Mariama Diallo Sy, ancienne ministre et présidente d’AWLN Guinée

« C’est le moment plus que jamais, que les femmes leaders que nous sommes, les femmes qui ont dirigé de très hauts postes de responsabilité de notre pays à un certain moment de son histoire, ont décidé de se lancer dans ce programme qui est une vision pour nous pour les 5 prochaines années. Cela fait précisément 8 mois que nous travaillons sur ce programme. Chacune étant spécialiste d’un domaine ou d’un autre, on s’est dit qu’on ne peut pas s’asseoir pour assister à ce qui se passe sur le plan écologique dans notre pays. Nous devons faire quelque chose. Tous ces projets qui sont sortis de ce programme sont faits par les femmes membres de notre association. L’idée générale qui se dégage de AWLN, c’est de se battre pour que des femmes soient à des postes de responsabilité, de décision pour qu’elles puissent agir dans le fonctionnement de nos pays et dans le changement positif de nos États. Donc, chacune d’entre nous a un rôle à jouer. Vous me direz énormément de choses. Mais, à chaque époque sa bataille. Nous, nous avons choisi de mener la bataille de la transition écologique en République de Guinée. De Conakry à Yomou, en passant par N’zerekoré, Kankan, Labé, bref, toutes les villes de notre pays, pendant les 5 prochaines années seront impactées par les actions que nos réseaux vont pourvoir… Après avoir été ministre, on a le devoir de continuer à servir notre pays dans ce que l’on sait faire. Nous, nous avons choisi d’investir dans plusieurs domaines, mais ce qui nous réunit ici aujourd’hui, c’est le programme de transition écologique des femmes de Guinée qui est une prise de conscience. À l’époque, quand nous étions plus jeunes, il pleuvait énormément. La Guinée était chantée par tout comme château d’eau de l’Afrique de l’ouest et qui inondait toute l’Afrique. Mais aujourd’hui, de par la force de destruction de l’homme, nous avons détruit énormément de forêts. Il y a des fleuves aujourd’hui sur lesquels les voitures peuvent rouler. Et vous voyez aujourd’hui les difficultés que nous avons en électricité. Parce que le bassin de rétention n’est pas rempli comme il le faut. Ça, c’est une responsabilité commune parce que nous avons détruit la nature. Donc, décidons de changer la donne parce que nous sommes capables », a-t-elle expliqué.

Kadiatou N’diaye, économiste et ancienne ministre de l’environnement, est responsable du projet reboisement inclusif et durable dénommée “une femme, arbre”. Elle dévoile les objectifs dudit projet. À l’en croire, 2 500 000 arbres dont 500 000 par an pendant 5 ans seront plantés par les femmes dans les 8 régions administratives du pays.

Kadiatou N’diaye, économiste et ancienne ministre de l’environnement

« L’objectif général de ce projet, pour une durée de 5 ans (2025-2029), est que nous comptons planter 2 500 000 arbres soit 500 000 arbres par an et par les femmes. Vous allez comprendre que les organisations initiatrices considèrent ce projet comme sa contribution pour reconstituer, conserver et protéger le couvert végétal de notre pays. Ce projet est considéré comme un axe prioritaire de lutte contre le changement climatique pour les femmes leaders. Au-delà de son contenu technique, ce projet se veut aussi comme une organisation qui est placée sous l’angle de la mobilisation sociale et civique. Ses objectifs spécifiques sont nombreux à savoir : planter d’essence végétale qui garantit la stabilité écologique, renaissance et protection des forêts classées et des forêts des berges, des têtes de source, des grands fleuves internationaux qui prennent leur source en Guinée et on a plein de cours d’eau interne. Comme stratégie, nous avons information, sensibilisation, formation  des femmes sur les enjeux. L’objectif recherché, c’est la participation massive à la campagne de reboisement avec slogan « une femme, un arbre. Les femmes leaders fondent leur objectif sur une population féminine estimable à plus de 7 millions d’habitants. Et on a estimé que les femmes de AWLN pourront réaliser la plantation de 500 000 arbres par campagne nationale de reboisement. Deuxièmement, réorganisation et l’alignement des associations et groupements féminins », a-t-elle dit.

Ce programme qui se veut ambitieux nécessite les moyens pour sa mise en œuvre. Djenab Saifond Diallo, vice-présidente d’AWLN Guinée, invite les autorités au plus haut niveau de soutenir le programme de transition écologique.

Djenab Saifond Diallo, vice-présidente d’AWLN Guinée

« Nous voulons changer la Guinée, mais de façon positive. Vous avez vu que nous avons des projets innovants, nous voulons rendre Conakry propre où il fait bon vivre, nous voulons restaurer le couvert végétal de la Guinée, nous voulons assainir nos villes et nos campagnes, nous voulons également éclairer toute la Guinée à travers des petits projets très innovants. Mais pour atteindre nos objectifs, (…) nous avons besoin d’argent pour réaliser nos ambitions. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Je pense que la première chose, il faut lancer un appel. Et c’est cet appel que je vais faire ce soir au nom de AWLN et au nom de toutes les femmes de Guinée… Nous avons besoin du soutien de tout un chacun. Je profite de l’occasion pour lancer un appel ému et solennel au Chef de l’Etat, son excellence général Mamadi Doumbouya, au Premier Ministre Chef du Gouvernement, aux membres du Gouvernement, au président du CNT, aux organisateurs internationales, aux partenaires techniques et financiers, au secteur privé, aux miniers, aux sociétés de téléphonie, aux fondations caritatives, aux Guinéens de la diaspora, aux femmes de la diaspora, en un mot à tous les patriotes de nous apporter leur soutien pour la réalisation du programme de transition écologique des femmes de Guinée », a  lancé l’ancienne ministre de la coopération internationale.

Pour sa part, la représentante du caucus des jeunes du domaine leadership des jeunes femmes d’AWLN Guinée a fait un plaidoyer à l’endroit des jeunes filles et femmes à souscrire au projet.

Oumou Hawa Diallo, représentante du caucus des jeunes du domaine leadership des jeunes femmes d’AWLN Guinée

« Les changements climatiques sont réels, ils représentent une menace grandissante pour notre planète, et ses effets se font sentir d’une manière particulière très dure en Guinée. Notre pays fait face à des défis environnementaux très importants tels que : les vagues de chaleur, les sécheresses, les feux de brousse, les inondations, l’érosion des sols, etc. Et ses effets se font sentir sur les communautés locales, notamment les enfants, les jeunes et les femmes qui font partie des couches les plus vulnérables de notre société. Aujourd’hui, nos aînées ont décidé de réparer leur dommage. Je parle particulièrement des femmes de Guinée qui se sont réunies autour de ce grand réseau de femmes leaders africaines afin de changer les choses. Parce que si rien n’est fait, il y a des dommages qui vont rester irréversibles. Donc, c’est le moment pour nous en tant que jeunes de nous donner la place qui nous est due, de mettre nos énergies à contribution de ce programme très ambitieux de transition écologique. Chers jeunes, il est plus que le moment qu’on s’implique pour impacter nos communautés, impacter notre pays et le monde. Rassemblons-nous autour de ce programme avec ses quatre ambitieux projets et co-construisons un monde plus vert, sain et plus durable pour nous-mêmes et pour les générations futures », a-t-il dit.

Enfin, cette une nouvelle vision axée sur la transformation de l’Afrique par les Femmes conformément à l’Agenda 2063 de l’Union africaine et aux objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030, se fixe pour objectif la restauration de l’environnement. Ces femmes leaders du pays se mettent à la disposition de la nation à travers ce programme pour permettre de rentrer dans l’ère du changement climatique positif dans notre pays.

Malick DIAKITE et Mohamed Lamine TOURE pour Guineematin.com 

Tél : 626-66-29-27

The post Guinée : le réseau des femmes leaders africaines lance son programme de “transition écologique des femmes” first appeared on Guineematin.com.

L’article Guinée : le réseau des femmes leaders africaines lance son programme de “transition écologique des femmes” est apparu en premier sur Guineematin.com.

Lire l'article en entier