Kankan : Le Grand Imam et Karamo Solo font la paix des braves en marge des obsèques de Frantoman Condé

il y a 1 semaine 81
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Kankan, mardi 09 juillet 2024 – Le Grand Imam de la sainte ville de Kankan et le prédicateur islamique Elhadj Souleymane Sidibé, communément appelé Karamo Solo, ont fait la paix des braves en marge des obsèques du père du ministre de l’Habitat, Mory Condé.

Historiquement, au pays mandingue, les cérémonies de mariage, de baptême ou d’obsèques sont mises à contribution pour résorber les conflits et mésententes entre les frères, les familles, les villages ou les communautés.

Lors de la présentation des condoléances d’usage au domicile du défunt Elhadj Frantoman Condé, situé à Kankan, au quartier Bordeaux, devant un parterre d’invités composé de plusieurs ministres du gouvernement, dont ceux de l’Administration du Territoire, de la Santé, de l’Enseignement Technique, de l’Action Sociale, de la Culture, et du Secrétariat Général du Gouvernement, il a été demandé aux griots, à l’initiative du ministre Mory Condé, de résorber le conflit récent entre le prédicateur Elhadj Souleymane Sidibé et le Grand Imam de Kankan, El hadj Karamo Bangaly Kaba. Le ministre de l’Habitat, Mory Condé, a insisté sur le fait qu’il s’agissait du souhait du président de la République, Son Excellence le Général de Corps d’Armée Mamadi Doumbouya.

Respectant la tradition, Mory Condé a soumis au Général Ibrahima Kalil Condé, El Hadj Madifing Diané, et El Hadj Kedjan Doumbouya, tous membres de la famille, d’ordonner aux griots de réunir les deux personnalités religieuses en vue de mettre fin définitivement aux récentes incompréhensions qui ont laissé planer une certaine discorde dans la cité Karamo Alpha Kabiné Kaba.

Sékouba Kandia Kouyaté, descendant d’une longue lignée de griots, accompagné par l’ensemble des griots présents à ces obsèques, a entrepris les démarches dans ce sens. En tant que gardiens des histoires, des traditions, des généalogies et des légendes de notre peuple, les griots se sont rendus chez le prédicateur islamique Elhadj Souleymane Sidibé et chez le Grand Imam de Kankan, Elhadj Karamo Bangaly Kaba, pour leur passer le message des officiels, mais aussi pour faire preuve d’éloquence dans la narration de l’histoire des lignées familiales et des grands événements qui ont scellé l’union entre les populations du Mandingue.

Ainsi, ce mardi 09 juillet 2024, les deux personnalités islamiques, accompagnées par les autorités administratives, se sont réunies à la villa Sily. Autour de la table, l’on pouvait remarquer la présence du ministre de l’Administration du Territoire, Général Ibrahima Kalil Condé, du ministre de l’Habitat, Mory Condé, et du ministre de la Culture, Moussa Moïse Sylla. Prenant la parole, le Général Ibrahima Kalil Condé a campé le décor en affirmant que la ville de Kankan est appelée aussi Nabaya à cause de son hospitalité et de son unité, et qu’il est inconcevable que cette caractéristique, sur laquelle est fondée la ville sainte, soit remise en cause. Sans détours ni langue de bois, il a renchéri que le Grand Imam de Kankan, au nom du droit d’aînesse et du rang social et religieux qu’il occupe dans la ville, est une personne publique à vénérer et à respecter. Ibrahima Kalil Condé a ajouté que le Grand Imam de Kankan est le père du prédicateur Souleymane Sidibé ; à ce titre, il n’y aura pas de jugement entre les deux mais plutôt une demande de pardon et d’excuses de Souleymane Sidibé, appelé communément Karamo Solo, à l’adresse du Grand Imam de Kankan.

Le Général Ibrahima Kalil Condé a conclu son intervention en soulignant que le président de la République, Son Excellence le Général de Corps d’Armée Mamadi Doumbouya, souhaite la paix et l’entente entre tous les fils du pays, et que Kankan ne fait pas exception à cela.

« Vous êtes nos guides et c’est à vous que Dieu a confié la charge de la destinée morale et religieuse de la ville de Kankan », a-t-il rajouté le Ministre de l’Urbanisme Mory CONDÉ avant de passer la parole à El Hadj Solo.

Elhadj Souleymane Sidibé n’a pas trouvé à redire. Le prédicateur islamique, tout en s’inclinant devant la volonté des autorités publiques, a présenté ses excuses au Grand Imam de Kankan, lui demandant pardon pour ses faits et gestes qui l’ont heurté.

Quant au Grand Imam de Kankan, Elhadj Karamo Bangaly Kaba, il a prié pour le renforcement de la paix et de l’unité nationale en Guinée. Il a accepté le pardon et les excuses de son fils, invitant tout le monde à tourner la page de la discorde.

Voilà un pan de l’importance de la riche et longue tradition de notre pays. En marge des obsèques d’un grand homme a germé la graine de la paix et de l’entente entre les fils de Kankan. La sagesse des préceptes islamiques, combinée à la riche tradition orale dont les dépositaires sont nos griots, a permis de connaître l’épilogue d’un conflit qui ne faisait pas honneur à la grande Nabaya. La paix des braves a été signée pour préserver la cohésion sociale, et Kankan vient de donner un bel exemple.

Paix à l’âme de El Hadj Frantoman CONDÉ !

Alhassane KABA

Lire l'article en entier