Guinea Investment Forum : l’APIP annonce les couleurs de la 3ème édition

il y a 2 mois 66
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Sous la tutelle technique du ministère du Commerce, de l’Industrie et des PMEs, l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP) a lancé les activités préparatoires de la troisième édition du Guinea Investment Forum (GUIF). La cérémonie officielle a été présidée par le Premier ministre, Dr Bernard Goumou, le vendredi 8 décembre 2023. Les activités de cette plateforme d’échanges entre entreprises locales et étrangères, auront lieu les 5 et 6 mars 2024 au Palais du peuple de Conakry.

Cette édition regroupera plus de deux mille participants autour d’activités intenses, notamment des espaces de collaboration, des panels, des échanges, des collaborations B2B, des expositions (stands), la présentation de projets et le Deal Room. Selon la Directrice générale de l’APIP Guinée, les objectifs assignés à ce forum incluent « attirer le maximum de capitaux et promouvoir les petites et moyennes entreprises locales, faciliter l’accès au marché guinéen aux investisseurs étrangers, mobiliser le financement pour des projets publics et privés rentables, promouvoir les opportunités d’affaires en Guinée, favoriser les partenariats publics-privés ».

Pour les initiateurs, le GUIF est la forme idéale pour stimuler l’économie de la Guinée. C’est pourquoi, disent-ils, « au programme, il y aura la présentation des mesures incitatives pour promouvoir l’investissement. Trois (3) panels de haut niveau seront organisés, notamment sur l’accélération de la croissance inclusive et durable à travers le projet Simandou, la transformation locale : créatrice d’emploi et de richesse, le développement des infrastructures durables pour un essor économique soutenu », a souligné Madame Diana Kouyaté, Directrice Générale de l’APIP, dans son exposé projeté.

Selon le Chargé supérieur des Opérations d’Énergie à la Banque Africaine de Développement (BAD), l’organisation de cette 3ème édition témoigne, entre autres, du progrès remarquable de la Guinée, notamment dans l’amélioration du climat des affaires, fruit de la mise en œuvre de réformes souvent très difficiles ; de l’énorme potentiel dans plusieurs secteurs, notamment l’agriculture, l’industrie, les mines, l’énergie ; de la réussite des deux premières éditions tenues respectivement à Conakry en février 2021 et à Dubaï en février 2022, et de la nécessité de maintenir et renforcer la dynamique enclenchée. Par ailleurs, il assure que la banque va continuer à soutenir les efforts de mobilisation de financement des acteurs privés en appoint au financement du public et appuyer les réformes d’approfondissement du marché financier et la promotion de véhicules financiers innovants.

« Le portefeuille actif de la banque en Guinée comporte 31 opérations avec des engagements nets de 711 millions de dollars. Il comporte 29 opérations du secteur public, 2 opérations du secteur privé et couvre 8 secteurs dont l’énergie et le transport à la tête respectivement avec 36 et 27%, suivi de l’agro-industrie, des mines, de la gouvernance, du social et de la finance. Les interventions phares de la Banque en cours en faveur du secteur privé concernent les mines et les petites et moyennes entreprises de la chaîne de valeur agro-industrielle à travers des lignes de crédit et des garanties par l’intermédiaire des banques commerciales locales. En termes de perspectives pour le premier semestre de 2024, la banque mène actuellement une double diligence pour la mise en place des garanties et le financement en dette d’un promoteur indépendant privé de production d’énergie électrique », a affirmé Alhassane Abdoulaye Diallo.

Pour que ce forum d’investissement soit un succès, le Représentant résident de la Société Financière Internationale (SFI), Groupe de la Banque Mondiale, Monsieur Roland Yaméogo, mise sur deux éléments critiques. Il s’agit du catalogue du projet et des investisseurs potentiels, « Il faut s’assurer que ce soient des projets crédibles, bancables avec tous les éléments réunis (des études de faisabilité, des comptes qui sont audités…). Le deuxième point, Il faut qu’à la fin de la journée, des investisseurs qui sont crédibles, qui ont la capacité technique et financière puissent venir et regarder avec nous, toutes les opportunités pour qu’ensemble, on puisse tous soutirer des projets qui sont bancables ».

Institutionnalisé en 2020 par arrêté ministériel, le GUIF, selon la ministre du Commerce, de l’Industrie et des PMEs, est le premier forum transactionnel de la Guinée. L’organisation est en droite ligne avec la perspective des réformes économiques impulsées par les autorités guinéennes, en vue d’établir de nouveaux partenariats stratégiques, de promouvoir le secteur privé national et d’aboutir à des transactions structurantes. Mais aussi de favoriser le développement socio-économique de la Guinée.

« L’économie est en pleine croissance grâce aux réformes économiques, ambitieuses et courageuses engagées par le CNRD sous le leadership de Monsieur le président de la République. La Guinée attire les investisseurs, plusieurs projets d’envergure sont en cours d’exécution sur l’étendue du territoire national(…)Au titre des mécanismes innovants de soutien à l’économie nationale, nous pouvons citer le Guinea Investment Forum, qui contribue à la création de richesse par la mobilisation des investissements destinés au financement de projets structurants publics et privés », précise madame Louopou Lamah. Avant de déclarer les activités préparatoires officiellement ouvertes, Dr Bernard Goumou a indiqué que le chef de l’État sera très attentif à l’avancement de ce GUIF 3.

« Le chef de l’État m’a chargé de dire à madame la ministre que pour ce GUIF3, il va s’impliquer personnellement. Donc vous devrez, en conseil des ministres chaque fin de mois, faire l’étape de ce forum. Parce que pour lui, la transition guinéenne, elle est sociale, économique puis politique. Donc tout évènement qui permet de drainer les investissements, qui permet de mettre en relation les entreprises nationales et les entreprises étrangères, et de mobiliser un monde important à venir en Guinée pour le développement de notre pays, cela tient personnellement à cœur au chef de l’État », a-t-il déclaré.

Lire l'article en entier