Sambailo (Koundara) : le secteur de Wadiatoullahi sollicite une école Franco-arabe et un appui pour les planteurs de mangues

il y a 1 mois 108
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le secteur de Wadiatoullahi, relevant du district Sambaldé, dans la commune rurale de Sambailo, est un foyer islamique par excellence. C’est également une localité de production de mangues en toutes saisons. Mais, les populations manquent énormément de moyens pour faire face aux défis des cultures. Dans une interview accordée à l’envoyé spécial de Guineematin.com, des citoyens ont réclamé la construction d’une école franco-arabe et l’appui pour les planteurs locaux.

Thierno Ousmane Diallo, habitant de Wadiatoullahi, interrogé par notre reporter, revient sur l’histoire de la terre de ses ancêtres.

Thierno Ousmane Diallo, habitant de Wadiatoullahi

« Le missidé (village doté d’une mosquée) de Wadiatoullahi, vient du nom arabe qui signifie « Terre confiée à Dieu » au nom de l’islam. Cette localité a été fondée par notre grand-père, du nom de Thierno Bachir Diallo, paix à son âme. Il a quitté ailleurs, à Madina Gounass, en République du Sénégal, pour venir bâtir ici ce village pour le rayonnement de l’islam avec une vague de talibés qui étaient à sa soumission. Ils ont défriché et accepté la pénitence afin de mettre en place un foyer coranique. Ils ont beaucoup enduré, étant en face de plusieurs difficultés. Ils ont vécu ici pendant plusieurs années, en pratiquant l’agriculture, pourvu que l’islam règne dans cette localité. Nous cherchons à préserver les acquis de nos ancêtres à travers l’adoration de Dieu… Nous avons également un grand foyer coranique où nous accueillons des disciples pour les études du saint coran de façon gratuite. C’est à partir des récoltes que nous parvenons à nourrir, loger et habiller les apprenants. Dieu merci nous vivons pauvrement. C’est pourquoi nous sollicitons la construction centre Franco Arabe et la mémorisation du saint coran pour enseigner aux enfants le principe de l’islam. Nous avons beaucoup des formateurs qui ont fait leurs études au Sénégal et en Mauritanie qui sont là. Ils sont motivés pour enseigner… Nous formons également des érudits », a expliqué Thierno Ousmane Diallo.

Par ailleurs, notre interlocuteur souligne que Wadiatoullahi est une zone de grande potentialité agricole, un endroit idéal pour l’enseignement du saint Coran, qui accueille des entrepreneurs agricoles et des disciples coraniques.

« Il y a beaucoup de domaines agricoles où l’on cultive du riz, des arachides et autres, avec un rendement élevé. En tant que notables, nous exploitons une petite partie. Le reste, on prête aux les personnes qui sont dans l’entrepreneuriat et des voisins pour faire la riziculture. Chacun l’utilise selon ses propres moyens qui sont, entre-autres, la daba, la charrue, le cheval, la machine, etc. La porte est ouverte à toute personne qui veut travailler et vivre à la sueur de son front. Ici nous vivons de ce que produisons dans l’agriculture », a fait savoir Thierno Ousmane Diallo.

En outre, le secteur de Wadiatoullahi est réputé dans la plantation de manguiers, en toutes saisons. C’est ce qu’a fait savoir le vieux planteur Mouhamadou Oury Boiro.

Mohamadou Oury Boiro, planteur à Wadiatoullahi

« Nous avons des plantations ici. Mais, celles qui réussissent généralement, ce sont deux espèces notamment les mangues (greffés et ordinaires) qui produisent en toutes saisons et les anacardes. Dans la cité de Badiar, nous sommes les premiers à produire des mangues de bonne qualité. D’ailleurs, nous n’exportons même pas au Sénégal, compte-tenu de la demande pour la consommation locale. Le reste des cultures de la plantation réussit difficilement, telles que les oranges et les autres. Cela est dû à une existence massive de termites dans le sol. Cependant, nous voulons nous spécialiser dans la production, surtout des mangues, car à chaque fois, les plantes portent des fruits qui permettent de lutter contre la faim chez nous. C’est pourquoi nous sollicitons l’aide des autorités, des ONG et des opérateurs économiques ainsi que du ministre de l’Agriculture et de l’Elevage pour développer cette culture », a sollicité Mouhamadou Oury Boiro, planteur à Wadiatoullahi.

Plantations de mangues de Wadiatoullahi à Sambailo Koundara

De retour de Koundara, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 628 516 796

The post Sambailo (Koundara) : le secteur de Wadiatoullahi sollicite une école Franco-arabe et un appui pour les planteurs de mangues first appeared on Guineematin.com.

L’article Sambailo (Koundara) : le secteur de Wadiatoullahi sollicite une école Franco-arabe et un appui pour les planteurs de mangues est apparu en premier sur Guineematin.com.

Lire l'article en entier