Me Pépé Antoine Lamah à propos de l’AVIPA : « c’est une ONG créée pour profiter des victimes des événements du 28 septembre 2009 »

il y a 1 mois 108
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

L’avocat du capitaine Moussa Dadis Camara a fait cette ouverture sur l’AVIPA lorsqu’il parlait dans sa plaidoirie de la qualité de certaines parties civiles dans le dossier du 28 septembre 2009.

Il s’est interrogé sur la non-comparution de la présidente de l’Association des Victimes, Parents et Amis du 28 septembre 2009, comme partie civile.

« Vous allez comprendre et être d’accord avec moi sur le fait que cette dame qui a fait le tour du monde pour dit-on, défendre les victimes et parents des victimes des évènements du 28 septembre 2009 n’ait pas été entendu à la barre de ce tribunal. Moi je m’attendais à ce que Mme Asmaou soit entendue comme partie civile. Depuis plus de 10 ans, elle est dans les médias en train de parler des crimes du 28 septembre. Depuis plus de 10 ans, elle a fait des va-et-vient à la CPI. Elle est reçue dans les ambassades et par les ONG. Elle a beaucoup parlé. Pourquoi elle n’a pas pris la parole dans ce prétoire pour expliquer ce qu’elle a subi ou ce qui est arrivé à son enfant qui aurait perdu la vie dans cette affaire ? Je pense que cette question doit vous intéresser. La vérité c’est que, c’est une ONG qu’on a créé pour profiter des victimes des événements du 28 septembre 2009 », a accusé Me Pépé Antoine Lamah.

Pour étayer ses propos, l’avocat du capitaine Dadis Camara a rappelé un scandale de détournement qui a opposé Asmaou Diallo et l’ancien vice-président de l’AVIPA.

« Il y a quelques années, un scandale avait défrayé la chronique entre elle et Yéro Diouldé Diallo sur la gestion opaque des centaines de millions de francs guinéens offerts à cette ONG par les institutions internationales. Madame en a fait une gestion familiale avec pour fils trésorier, et à l’époque, on parlait de plus de 50% de détournement de deux projets. Yéro Diouldé Diallo qui était vice-président malade et affaibli, n’a reçu aucun financement et en mourra un peu plus tard », a-t-il expliqué.

Il en veut pour preuve également, les révélations d’Ami Diop lors d’une rencontre avec le ministre de la justice d’alors Alphonse Charles Wright dans lesquelles cette dame parle de fausses victimes dans cette affaire.

« Demandez à cette ONG de faire le bilan comptable de ses activités de 2010 à nos jours. Vous verrez des traces de milliards de francs guinéens. Les victimes ont bénéficié de quoi dans cette affaire ? Ces vraies victimes sont là à se promener. Pendant ce temps, les autres empochent des milliards, construisent des maisons, envoient leurs enfants étudier dans des grandes écoles à l’étranger. J’attendais la comparution de Mme Asmaou pour l’auditionner par rapport à ça. Mais les confrères ont tout fait pour ne pas qu’elle comparaisse pourtant elle est pratiquement là tous les jours. Pourquoi elle n’a pas été entendue ? », s’est-il demandé.

Sékou Diatéya Camara

Lire l'article en entier