Des fonctionnaires pour accueillir Col. Doumbouya: « Je suis triste, je suis perdu » (Dr Fodé Oussou)

il y a 7 mois 163
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans un document dont copie a été transmise àMosaiqueguinee.com, il est demandé aux secrétaires généraux et chefs de cabinet des départements ministériels, de mobiliser leur personnel, pour réserver un accueil chaleureux au président Mamadi Doumbouya, ce samedi à l’aéroport international AST.

Réagissant à ce sujet, à l’occasion de l’assemblée générale de l’UFDG, le vice- président du parti Dr Fodé Oussou Fofana, visiblement attristé, a estimé que ces fonctionnaires sont obligés de faire ce qui ne devait pas être fait, parce que le chef de cabinet, le directeur national, ont leur registre, chacun écrit les noms des présents.

« Je suis triste, je suis perdu, ce qu’on a encore vu dans notre pays pour ceux qui sont nés dans les années de l’indépendance, on a vécu des choses comme ça. Sortir de l’argent, mobiliser, demander aux fonctionnaires qui doivent être neutres de se mobiliser et aller accueillir le président, ça donne l’impression comme s’il y a 2 catégories de Guinéens. Des Guinéens qui aiment le colonel Mamadi Doumbouya et les Guinéens qui ne l’aiment pas, parce que quand un président fait l’unanimité on n’a pas besoin de donner de l’argent. On n’a pas besoin de dire les Guinéens sortez, mobilisez-vous pour accueillir le chef de la transition. J’ai vécu cela quand j’étais encore jeune. On nous obligeait à sortir même si on n’a pas envie. Je suis en train de voir des fonctionnaires qui pleurent dans leur âme, ils sont obligés de faire ce qui ne devait pas être fait, parce que le chef de cabinet, le directeur national a son registre, il écrit le nom des présents, si tu n’es pas là, tu n’aimes pas la Guinée, tu n’aimes pas le colonel. Même si tu n’as pas l’intention de sortir, il faut que tu sortes, c’est gênant. Quand dans le même pays les gens n’ont pas 2 ou 3 repas par jour. C’est gênant quand le gré à gré est devenu presque le projet de société », a-t-il laissé entendre.

La mobilisation des soutiens du président du CNRD intervient au moment où les manifestations sur la place et les voies publiques sont interdites par la junte militaire qui dirige la Guinée.

Saidou Barry

Lire l'article en entier