Conakry : Sékouba Bambino réussit le pari de son concert humanitaire avec le FDSI

il y a 1 mois 37
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans l’objectif d’apporter une aide financière et un soutien moral aux malades indigents, le ministère de la Promotion féminine, de l’Enfance et des Personnes vulnérables, à travers le Fonds de développement social et de l’indigence (FDSI) a organisé un concert gala humanitaire samedi 13 avril dernier au Chapiteau by Issa.
Pour cette première édition qui s’est tenue dans la capitale Conakry, l’artiste de renommée mondiale, Sékouba Bambino a fait parler son cœur à travers son art matérialisé par une présentation 100% live.
Malgré le coût élevé de l’accès, pour Lansana Diawara, Directeur Général du FDSI, chaque ticket équivaut à une vie sauvée.
«Dans tous les pays du monde, qui parle de la production sociale non constructive c’est-à-dire que c’est les services de l’État ou l’État est le seul à  mettre la main à la poche pour dépenser ou ses citoyens qui ne contribuent pas dans le cadre de la protection sociale parce qu’ils n’ont pas un emploi garanti. Il appartient donc à tous les citoyens, à tous les acteurs de s’impliquer pour faire des contributions pour lever des fonds en vue d’apporter leur soutien, leur aide à nos compatriotes. Donc c’est tout le sens de ce gala humanitaire qui normalement est à  sa première édition. Nous sommes très heureux et très satisfaits puisque de là à  une première édition un résultat comme ça c’est très satisfaisant. Nous pensons que les prochaines éditions de ce gala humanitaire auront encore plus d’impact sur nos compatriotes. L’objectif recherché est de mobilier des fonds très importants pour accompagner, appuyer l’aide de l’État dans le cadre de la prise en charge sanitaire de nos compatriotes malades. Nous remercions tous ceux qui se sont déplacés puisque le coût du ticket est très élevé et se négocie entre 1.500.000 fg – 2.500.000″, s’est réjoui le DG du Fonds de développement social et de l’indigence après une projection des cas traités par sa composante.
Pour l’UNICEF, cette cérémonie est un coup de main à l’endroit des femmes et enfants qui auraient pu être épargnés de cette situation d’indigence.
«Aujourd’hui, c’est un sentiment partagé: sentiment de joie et un sentiment d’amertume… Partagé, parce que nous allons écouter, faire parler la voix, faire parler les indigents qui sont en grand nombre des enfants et des femmes.
Le sentiment d’amertume parce qu’il y a des choses qu’on aurait pu faire pour éviter à certaines personnes de vivre ces choses d’indigence aujourd’hui. Des petits enfants qui sont paralysés parce qu’ils n’ont pas été vaccinés à temps. Des personnes qui sont paralysées qui ne peuvent plus être des agents qui contribuent au changement social, parce qu’elles n’ont pas reçu un certain nombre de service à temps. Mais, nous sommes là aujourd’hui pour faire en sorte que chacun puisse s’exprimer et faire en sorte qu’on puisse apporter ce que nous pouvons à ces personnes indigentes qui sont en grande partie des enfants et des femmes. C’est pour cela que l’Unicef accompagne l’ambassadeur Bambino, qui a bien voulu être la voix des sans voix, qui a bien voulu être là aujourd’hui et comme toujours pour faire entendre la voix de ces personnes que nous ne voyons pas toujours », a raisonné Félix Ackebo représentant de l’UNICEF Guinée.
Dans le même sillage, l’artiste Fodé Djely Kouyaté, à l’image de plusieurs autres artistes, estime que ce concert gala humanitaire est une cause à laquelle il faut s’attacher.
«Je pense qu’en matière de développement et de contribution sociale et humanitaire dans un pays, personne ne doit être soumise à une obligation d’être là. Consciencieusement, on est tenu obligé de participer, de contribuer, si on le peut. C’est ce qui m’a poussé à m’intéresser depuis belle lurette à l’organisation de ce concert avec mon cher frère, le directeur du FDSI, et Sékouba Bambino. Ce qu’on pouvait faire, c’est de venir soutenir l’idée et le projet afin de pouvoir collecter quelque chose. Ce n’est pas parce que l’Etat met la main à  la poche qu’il faut rester derrière lui sans contribuer. L’Etat aussi a besoin d’aide. Comme on aime à le dire: « Il ne faut pas dire qu’est-ce que mon Etat doit faire pour moi, mais qu’est-ce ce que je peux faire pour mon Etat ? »».
La ministre de la Promotion féminine, de l’Enfance et des personnes vulnérables, Charlotte Daffé, dans son adresse, a rassuré de l’utilisation juste des dividendes  de ce concert humanitaire.
«Comme le président général Mamadi Doumbouya l’a toujours prôné, la solidarité, le social, sont au cœur de cette transition. Donc, organiser un gala humanitaire et venir en aide aux personnes qui en ont besoin, aux personnes vulnérables, aux personnes indigentes, c’est vraiment montrer encore un autre sens du patriotisme. J’apprécie vraiment la démarche de Sékouba Bambino et les personnes de bonne volonté qui nous ont accompagnés. Après, les recettes nous permettront de venir aider ces personnes indigentes qui sont dans des structures sanitaires et qui n’ont pas des moyens de prendre leurs traitements en charge. Donc, les recettes qui seront collectées seront mises à la disposition de mon département, à travers le Fonds de développement social et de l’indigence. Et nous allons les utiliser pour accompagner, aider les personnes qui sont dans le besoin et sont dans les structures sanitaires n’ayant pas les moyens », rassure-t-elle.
Dans les rangs des officiels, plusieurs ministres et hauts cadres du pays ont soutenu le projet tout en procédant à des collectes directes ou en procédant par des dépôts. Les fondations KPC et Tidjane Koita, ont contribué à  hauteur de 10.000.000 chacune.
Le fonds mobilisé fera l’objet d’une conférence.
Mayi Cissé 

 

L’article Conakry : Sékouba Bambino réussit le pari de son concert humanitaire avec le FDSI est apparu en premier sur Mediaguinee.com.

Lire l'article en entier