Viol suivi de meurtre d’une fillette de 4 ans à Pita : l’accusé Alseyni Diallo à la barre

il y a 3 jours 10
CONTACTEZ info@lekaloum.com

Le premier accusé à comparaitre devant les audiences criminelles du Tribunal de Première Instance (TPI) de Pita, Alseyni Diallo, se disant âgé de 33 ans, poursuivi pour un cas de viol suivi de meurtre d’une fillette de 4 ans, dans la commune rurale de Timbi Tounni, relevant de la préfecture de Pita nie, pour le moment, les faits qui lui sont reprochés, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Pour la petite histoire, le corps sans vie d’une fillette de 4 ans, prénommée Aïssatou a été retrouvé dans la case de l’accusé Alseyni Diallo. Cette découverte macabre a eu lieu à Timbiwol, dans la commune rurale de Timbi-Tounni, relevant de la préfecture. Il a été rattrapé par la foule et conduit, le 16 février 2021, à la Compagnie de la Gendarmerie Territoriale de Pita pour les faits de viol assorti de mort qu’il est suspecté d’avoir commis sur la personne de la victime

Suite à la réquisition du médecin de la Gendarmerie de Pita, le représentant du chef du centre de santé de Timbi-Tounni a constaté le corps sans vie d’Aïssatou Bah, avec du sang sur sa partie génitale.

La version la plus répandue explique que l’accusé a profité de l’absence des parents de la victime, dans la journée du 16 février 2021, pour appeler la fillette de 4 ans en lui faisant croire qu’il va acheter des bonbons pour elle. Il aurait alors entrainé la fillette dans la case pour abuser d’elle jusqu’à ce que mort s’en suive.

Au retour de la mère de la victime, aux environs de 12 heures des recherches ont été entreprises dans le but de retrouver la fillette. C’est dans ce contexte qu’un voisin a expliqué avoir vu l’accusé appeler la petite Aïssatou Bah. Une vérification faite dans la case de l’accusé ont permis de retrouver le corps de la victime.

Mais, devant le Tribunal de Première Instance (TPI) de Pita, Alseyni Bah explique que la case dont il est question abrite plusieurs personnes qui y passent la nuit.

« Tout le monde a accès à la case. Je suis rentré, j’ai trouvé un des fils du concessionnaire devant la porte de la case. Dès que je suis entré, j’ai découvert le corps de la fillette. Ne comprenant rien, j’ai fait demi-tour. Entretemps, celui que j’ai trouvé devant la porte a crié. Mais, puisque ceux qui venaient aux nouvelles tombaient sur moi, sans chercher à savoir de quoi s’agit-il. On me rouait de coup. J’ai alors pris la clef des champs, pour sauver ma peau » a-t-il expliqué.

Répondant à une autre question du juge audiencier, Alfred Camara, l’accusé a précisé qu’il n’a pas été le premier à découvrir le corps de la victime dans la case.

Il est à préciser que l’accusé Alseyni Diallo est né en 1991, à Kourako, Bagnan, dans la commune rurale de Hafia, relevant de la préfecture de Labé.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, Alseyni Diallo continuait de répondre aux questions du Tribunal.

A suivre !

De Pita, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier