Transition en Guinée : quand la CEDEAO conforte la posture de la GeCi

il y a 3 mois 82
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Sans surprise, le communiqué publié par la CEDEAO (communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’ouest) à l’issue de son dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, ne laisse pas indifférente la classe politique guinéenne. Et le moins qu’on puisse dire, en tout cas pour le leader du parti Génération Citoyenne (GéCi), la position affichée par l’organisation sous-régionale était plutôt attendue.

Sollicité pour la réaction de Guinéenews, Fodé Mohamed Soumah déclare que : « cet ultimatum n’est pas une surprise pour la GéCi car, nous avions interpellé la junte à ce propos… Plus d’un semestre après l’avènement du CNRD, un flou entretenu par une minorité agissante et des ballons d’essai de diversion risquent de nous conduire à des sanctions et des restrictions dont les premières victimes seront les populations. »

Poursuivant, M. Soumah explique : « la finalité d’une transition est un retour à l’ordre constitutionnel. Mais nous n’en voyons pas le début du commencement de tout qui est entrepris. D’ailleurs, la nouvelle trouvaille se résume en des Assises inopportunes et un CNT qui se perd en conjectures dans des consultations et autres artifices. Aujourd’hui, ceux qui veulent faire perdurer ce système moribond érigent la classe politique en adversaire, alors que nous entreprenons un partenariat pour une transition apaisée et réussie… Je demande humblement aux autorités de sortir du carcan de la souveraineté et de l’ingérence dans nos affaires intérieures. La Guinée a besoin des partenaires qui sont à nos côtés depuis longtemps et tout au long du processus en cours. En tout cas, la souffrance, la paupérisation et les multiples frustrations ne devraient pas se transformer en colère du peuple. Du coup, il urge de s’approprier à l’unisson le seul slogan qui vaille, la réparation sociale. Comparaison n’est pas raison, le Burkina vient de réaliser le gros du travail en deux semaines avec une équipe resserrée de quelques patriotes bénévoles. Rien ne nous coûte d’ouvrir le dialogue entre les différents acteurs pour mieux baliser les cinq axes présentés par le président de la transition : le toilettage de la constitution et des listes électorales avant les trois scrutins locaux, législatifs et présidentiels. »

Lire l'article en entier