Transition en Guinée : La CEDEAO exprime « sa forte préoccupation » et brandit des sanctions pour exiger « un chronogramme acceptable »

il y a 3 mois 214
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

En session extraordinaire à Accra (au Ghana) hier, vendredi 25 mars 2022, la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO s’est penchée sur la situation des Transitions en cours au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. Et, pour le cas spécifique de la Guinée, la CEDEAO a fait part de « sa forte préoccupation » par rapport à « l’absence de lisibilité ». L’organisation sous-régionale a aussi déploré la dégradation de la situation sociopolitique à cause de l’insuffisance de dialogue entre les autorités de la Transition et les acteurs politiques.

Face à cette situation, la CEDEAO a demandé à la junte militaire dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya de produire un chronogramme acceptable au plus tard le 25 avril prochain. « Passé ce délai, des sanctions économiques et financières entreront immédiatement en vigueur », a menacé l’organisation sous-régionale.

Guineematin.com vous propose ci-dessous l’intégralité du communiqué final de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO

L’article Transition en Guinée : La CEDEAO exprime « sa forte préoccupation » et brandit des sanctions pour exiger « un chronogramme acceptable » est apparu en premier sur Guineematin.com.

Lire l'article en entier