Transition: des jeunes et femmes des partis politiques apprennent les techniques et outils de négociation, médiation et dialogue

il y a 1 mois 147
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

La réussite de la transition en cours en Guinée, demande une implication active des acteurs politiques et de la société civile. C’est dans cette dynamique que s’est ouverte mercredi 18 mai 2022, à Conakry une session de formation à l’intention des jeunes et femmes des formations politiques sur les techniques et outils de négociation, de médiation et de dialogue politiques.

C’est une initiative du National Démocratic Institute (NDI). Elle vise à montrer les différentes facettes de négociation, de médiation de dialogue politiques aux jeunes et femmes des partis politiques afin de les permettre de participer aux prises de décisions internes au niveau de leurs partis politiques mais aussi au niveau des instances de prises de parole publique pour encourager un véritable succès aux travaux du cadre de concertation.

Trois jours durant, des thématiques qui revêtent une importance primordiale en terme de gestion d’une transition politique vont être abordées.

A l’entame de son propos, le directeur pays du NDI, Paul Amegakpo, a salué le fait que la Guinée a la chance d’avoir des plateformes politiques les mieux organisées à travers le forum des jeunes des partis politiques, le cadre de concertation des filles et femmes des partis politiques et la commission de suivi du code de bonne conduite.

«L’heure est donc bien indiquée pour que ces différentes plateformes gagnent en connaissance, en expertise pour jouer convenablement leur partition dans le cadre de dialogue offert dans le cadre de concertation inclusif qui est créé mais l’effectivité de cette inclusion dépend de la manière dont les différents états-majors vont percevoir l’utilité de ce cadre et les résultats que ces travaux de dialogue, de concertation au sein de ce cadre donneront »,a-t-il déclaré.

D’après lui, à partir du moment où le processus de transition est ouvert, les acteurs doivent se mettre à la tâche et aller à l’essentiel.

« La transition est ouverte, un délai est imparti, mais le délai n’est qu’indicatif, il faudrait maintenant que tous les acteurs se mettent au travail pour faire en sorte que des tâches précises soient exécutées. Donc, il n’est plus question de dilatoire, il n’est plus question de pertes de temps, il faut aller rapidement à l’essentiel. Nous pensons que les jeunes et les femmes des partis politiques sont mieux placés pour souffler à l’oreille des leaders politiques, l’essentiel à faire pour la réussite de la transition et pour aller rapidement à l’ordre constitutionnel »,a-t-il indiqué

De son côté, Hadja Ousmane Diallo, porte-parole du cadre de concertation des filles et femmes des partis politiques, au nom des participants, a martelé que c’est une formation qui vient à point nommé.

«On a fait une déclaration et on a fait des recommandations au CNRD, au MATD au CNT, aux partis politiques pour que chacun puisse mettre du sien dans le développement de la Guinée pour qu’on sorte de la transition pour avoir une belle constitution et pour que la Guinée avance. On a tout intérêt à ce que le dialogue passe entre les acteurs. Dans notre plan d’action, nous devons aller voir les partis politiques pour qu’ils acceptent le dialogue. Dans tous les pays du monde quelles que soient les divergences, c’est le dialogue qui prime sur tout », a-t-elle martelé.

Elle a par ailleurs exhorté le NDI a perpétué de telles initiatives en l’endroit de toutes les couches engagées dans le processus de développement du pays.

En présidant le lancement de cette session de formation, le conseiller juridique du ministère de l’administration, du territoire et de la décentralisation Cecé Loua a indiqué que c’est une aubaine pour le MATD que les jeunes et femmes issus des partis politiques viennent renforcer leurs capacités en matière de dialogue, de négociation et de médiation car «cela encourage à plus d’un titre parce que la gestion politique est basée sur la maîtrise des techniques liées aux négociations, à la médiation et au dialogue. C’est ce qui fait vraiment notre joie. Je l’ai dit dans la salle que tout ce qu’on va faire dans la transition reposera aussi sur les jeunes parce que ce sont eux qu’on instrumentalise alors qu’on ne doit pas les instrumentaliser», a-t-il fait remarquer.

A l’issue de la présente session, les participants devraient faire une restitution des connaissances acquises au niveau de leurs différentes formations politiques respectives.

Alhassane Fofana

Lire l'article en entier