Transfèrement d’Alpha Condé : ce qu’on en dit à l’ex-mouvance présidentielle

il y a 8 mois 208
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

En dépit de l’impressionnant dispositif sécuritaire au niveau de ce qui est jusque-là la résidence de l’ancienne  première dame, Djénè Kaba à Landréa, l’information concernant le transfèrement du président déchu, Alpha Condé est prise avec beaucoup de précaution. Surtout que c’est silence radio sur le sujet même dans les rangs même des maîtres actuels de Conakry.

Au sein de l’ex-mouvance présidentielle, les gens ne sont pas moins avares en mot à propos. Beaucoup n’interviennent même plus dans le débat politique. Par contrainte ou selon leurs propres décisions. C’est encore plus vrai quand il s’agit de celui au nom duquel certains juraient il y a seulement quelques mois. Les quelques rares exceptions se  comptent sur les doigts d’une main.

Parmi ces dernières, l’ancienne ministre et députée Domani Doré qui a ce qu’il pense du sujet. « …J’ai toujours pensé que si nous souhaitons la sérénité nécessaire dans les étapes du processus de transition dans lequel nous sommes, l’intégrité physique et morale de chaque guinéen encore moins le président de la République, Pr Alpha Condé doit être préservée. Je crois que c’est un préalable qui est nécessaire… », déclare-t-elle.

Mais avant, à l’entame la courte conversation téléphonique accordée à Guineenews, elle précise que «si vous restez perplexe, c’est que je suis dans cette même posture parce que jusqu’à maintenant je n’ai pas encore eu une information qui me permette de réagir à un éventuel transfert. Je suis encore dans l’attente d’une confirmation ».

Interrogé, toujours au téléphone, Alhoussein Makanéra Kaké  est dans la même logique.  Sur fond de prudence, notre interlocuteur affirme que «de toutes les façons, nous, notre combat, c’est sa libération totale ». Ajoutant que «maintenant, s’il est transféré et que ses conditions s’améliorent, c’est un petit pas, mais un pas quand même».

Dans tous les cas, «nous demandons aux militants et responsables de rester mobilisés, de continuer à se battre pour qu’on puisse obtenir sa libération totale », plaide l’ancien ministre et député. Avant  de «remercier tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à ce premier petit pas», espérant «qu’ils finiront par sa libération totale».

A la question de savoir ce qu’il pense de l’idée du passage par la cage justice, «nous, nous ne sommes jamais opposés à ça », répond l’allier du RPG Arc-en-ciel qui ne rate pas l’occasion d’afficher son attachement inconditionnel à celui dont il a toujours revendiqué la proximité. Même s’ils ont eu des relations difficiles tous les deux suite au limogeage de Makanéra de son poste ministre de l’information.

«Nous sommes convaincus que quelles que soient les conditions il va recouvrer sa liberté parce que c’est un héros de la Guinée», parie-t-il.

Lire l'article en entier