Timbi-Touni, quand les notables décident de réglementer les cérémonies…

il y a 10 mois 220
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le mariage est l’union sacrée entre deux personnes et dans les conditions prévues par la loi, la religion et les coutumes. Mais de nos jours, compte tenu du cout élevé des cérémonies de mariage et les divorces incessants et fantaisistes, la notabilité et la ligue islamique de Timbi-Touni, sous-préfecture située à une vingtaine de kilomètres de Pita, ont décidé de prendre une certaine mesure et ce n’est pas tout, les baptêmes, décès et fin de veuvages aussi n’ont pas été occultés.

C’est dans un document de huit (8) pages, à travers 60 articles que la ligue islamique a fixé les règles de célébration de ces cérémonies, dont nous vous livrons quelques extraits.

Article 1 stipule que toute cérémonie de mariage ou de baptême doit prendre fin au plus tard à 17h00.
Article 5 : la cérémonie du mariage se déroulera chez la famille de l’époux.
Article 6 : il est interdit de cacher la future mariée sous quelque prétexte que ce soit empêchant la future mariée d’être disponible au moment du voilage.
Article 7 : il est interdit à la future mariée de se rendre dans un salon de coiffure le jour de son mariage.
Article 8 : les cortèges, l’animation musicale, l’invitation artiste/musicien ou équivalent, les caméras et photo d’ordre commercial, ” Bayan ” et la robe de mariage occidentale sont interdits.
Article 9 : il est interdit de fixer l’argent aux habits, aux chaussures et aux parapluies.
Article 10 : il n’est pas autorisé à la future mariée de réclamer de l’argent avant leur mariage.
Article 11 : il n’est autorisé d’envoyer pour la légalisation du mariage (kumpital) que : la dote, les noix de cola, le tapis de prière de la maman, fanda kumpital, 10.000GNF pour la mosquée et les frais du certificat et de l’acte du mariage (actuellement 100.000GNF les deux pièces).
Article 12 : la dot minimale pour une fille qui n’a pas été mariée auparavant et n’a aucun enfant est de 1.000.000gnf
Article 13 : la dot minimale d’une femme divorcée ou veuve est 600.000gnf
Article 14 : la dot sera versée le jour du mariage.
Article 16 : la somme pour le tapis de prière de la maman est de 200.000gnf. Article 17 : Fanda koumpital 100.000gnf plus les colas, fanda foutou 150.000gnf.
Article 18 : dans la valise, il ne doit y avoir que sept complets de qualité y compris celui que la mariée doit porter après avoir enlevé le voile traditionnel, trois paires de chaussures de qualité, un tapis de prière et quelques petits objets de parures ou de toilettes.
Article 25 : il est interdit de porter la mariée au corps à corps
Article 27 : les cotisations conditionnées sont interdites : il s’agit par exemple de dire dans une famille que chaque membre doit participer à hauteur de tel ou tel montant ou objet pour telle cérémonie. Or tout le monde ne dispose pas les mêmes moyens. Alors chacun participe selon ses moyens et sa volonté.
Article 31 : les boissons gazeuses ou jus sont facultatifs et limités à 8 casiers au maximum.

Attendons de voir, si ces articles seront respectés à lettre, mais pour le moment ces articles font des heureux.

Souleymane Soumah

L’article Timbi-Touni, quand les notables décident de réglementer les cérémonies… est apparu en premier sur Guinee People.

Lire l'article en entier