Siguiri : après avoir été pris en otage par les femmes de Setiguiyah, le préfet dissout le bureau du district

il y a 1 semaine 128
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Après plusieurs mois de revendication, les femmes du district de Setiguiyah ont pris le préfet de Siguiri en otage de 8 heures jusqu’à 17 heures. Ces femmes reprochent  à l’ancien bureau un détournement de 2 milliards de francs guinéens. En colère, elles souhaitent remplacer immédiatement ce bureau comme explique Fatouma Camara : « ça fait plusieurs mois, nous sommes en train de faire à cette situation. Ce bureau a fait 7 ans de gestion mais le district de Setiguiyah n’en a rien bénéficié. Nous avons dit au préfet de vérifier mais selon nos constats, le préfet lui-même est complice. C’est la raison pour laquelle nous avons fermé la porte du préfet, lui interdire de sortir jusqu’à ce qu’il prenne la décision de dissolution. Ce qu’il a fait finalement ».

Après avoir dissous le bureau de district, les nouveaux promus attendent impatiemment leur confirmation. Mais dès l’annonce de la dissolution, l’ancien bureau compte aller jusqu’au bout. « Depuis notre avènement à la tête du district, nous avons fait beaucoup de réalisations et on ne se laissera pas faire et nous avons toutes les preuves, on a toujours travaillé avec les techniciens et ingénieurs. On dissout un bureau qui a détourné mais sous la pression, le préfet se permet de dissoudre un bureau, nous n’accepterons pas », a dit l’ex-président de district, Lanfia Camara.

Présentement, les deux camps sont opposés à cause du poste de bureau de district.

À rappeler que le district de Setiguiyah relève de la sous-préfecture de Kintinia située à 30 km du centre-ville de Siguiri. Cette localité a toujours enregistré des violences pour cause de mauvaise gestion des fonds.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

L’article Siguiri : après avoir été pris en otage par les femmes de Setiguiyah, le préfet dissout le bureau du district est apparu en premier sur Mediaguinee.org.

Lire l'article en entier