Secteur minier : l’ONG Action Mines Guinée dénonce « l’inaccessibilité » aux citoyens des informations officielles (rapport)

il y a 8 mois 465
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

L’ONG Action Mine Guinée ( AMINES), a procédé ce mardi 30 novembre à Conakry, à la présentation d’un rapport d’évaluation du niveau de transparence du ministère des mines et de la géologie, ainsi que les entreprises d’Etat l’ANAIM et la SOGUIPAMI.

Dans son exposé, l’assistante programme Action Mines Guinée (AMINES) Idiatou Souaré, a révélé que le rapport issu de leur étude, mentionne l’inaccessibilité des données au niveau de la population aussi bien au ministère des Mines, qu’à la SOGUIPAMI et l’ANAIM.

« Selon notre étude, le constat est que le ministère des Mines est aujourd’hui une entité chargée de la gouvernance du secteur minier. Mais les données et informations ne sont pas accessibles aux populations au niveau dudit ministère. Le site d’information du ministère des Mines n’est pas parfois à jour. Aussi, la SOGUIPAMI et l’ANAIM ne possèdent pas des sites internet où on peut retrouver des informations nécessaires, pour voir comment les infrastructures minières de la Guinée sont gérées. La SOGUIPAMI qui doit gérer le patrimoine du secteur minier n’a pas assez d’informations disponibles sur son site, alors que les données doivent être accessibles à toutes les couches», a-t-elle expliqué.

Parlant des recommandations formulées, l’assistante programme Action Mines Guinée Idiatou Souaré, a demandé aux entités évaluées, de publier et mettre en ligne tous les textes réglementaires en lien avec la gouvernance du secteur minier.

Plus loin, elle a recommandé la publication et la mise en ligne des codes de bonne conduite signés par les entreprises minières, pour ne citer que ceux-là.

Présents à cette rencontre, des journalistes et acteurs du secteur minier guinéen, ont tous salué la pertinence de ce rapport d’évaluation du niveau de transparence du ministère des Mines, des entreprises d’Etat SOGUIPAMI et ANAIM.

Saidou Barry

Lire l'article en entier