Reprise des manifs, durée de la transition, CRIEF, les vérités de Dr Ben Youssouf Keïta (Interview)

il y a 1 mois 129
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans un entretien qu’il a accordé à Mosaiqueguinee.com ce week-end, Dr Ben Youssouf Keïta ancien député du groupe des Libéraux-démocrates au compte du parti UFDG, se prononce sur les sujets brûlants de l’heure. L’homme qui a décidé de faire cavalier seul en prenant la tête du parti Alliance pour le Changement et le Progrès (ACP) se dit favorable au délai de 36 mois de transition adopté par le CNT contrairement à son ancien parti et plusieurs autres réunis au sein du G58. Aussi, Dr Keita trouve prématurée la reprise des manifestations de rue annoncée par le G58, le RPG-arc-en-ciel et alliés et le FNDC.

Lisez !

Mosaiqueguinee.com: Que vous inspire l’annonce de la reprise des manifestations politiques par des acteurs politiques et sociaux ?

Dr Ben Youssouf Keita : Je suis désolé et inquiet de constater l’annonce de la reprise des manifestations politiques. Il n’y a pas un an encore que nous avons enterré le dernier des 200 martyrs, tous jeunes tombés au cours des manifestations sous le régime précédent. Mr Alpha Condé a été déposé au grand soulagement des forces vives de la nation et le FNDC qui ont tacitement réclamé l’intervention de l’armée. Cette armée a répondu à l’appel le 5 Septembre. Que voulons-nous encore de sitôt. Je considère donc prématurée la décision de marcher en ce moment, à partir du moment où malgré nous, nous étions tous résignés à subir le 3ème mandat de Mr Alpha Condé jusqu’en décembre 2026 soit 72 mois à partir d’octobre 2020. Dans l’intérêt de la paix, de la quiétude sociale et la cohésion nationale, pourquoi dénier le délai de 36 mois à ceux qui ont parachevé notre œuvre. Une fois de plus servons nous de l’histoire de la dernière transition celle du Capitaine Dadis et tirons les leçons. PLUS JAMAIS DE 28 SEPTEMBRE 2009. Voulons-nous une 4ème transition ? JE DIS NON ! Accordons le bénéfice du doute au CNRD. La population a besoin de répit. Si la parole donnée par les dirigeants actuels selon le chronogramme de 36 mois n’est pas respectée, là il y aura motif valable de descendre dans la rue, mais pas pour le moment.

Depuis un bon moment, des anciens dignitaires sont inculpés par la CRIEF et d’autres sont même en détention préventive ? Que pensez-vous des actions engagées par la CRIEF ?

Je suis peiné de voir des anciens dignitaires en prison, personne ne peut se réjouir du malheur de son prochain, mais cette situation doit servir de leçon à tous ceux qui ont, ou qui auront à gérer la chose publique dans ce pays. Il y a un devoir de redevabilité envers le peuple. Si vous gérez le denier public, vous devrez un jour ou un autre rendre compte au peuple, c’est aussi simple que ça. J’encourage la CRIEF à continuer dans son action de moralisation de la vie publique, dans le respect strict de la loi et des droits de l’homme. La Guinée doit redevenir un état normal vertueux dans la gestion, seule garant du développement socio-économique de la nation. Nul ne doit être au-dessus de la loi. La loi est dure mais c’est la loi. « DURA LEX SED LEX »

Que pensez-vous du délai des 36 mois de transition adopté par le CNT ?

Le délai de 36 mois est bien raisonnable pour moi. Mon parti ACP y souscrit tout simplement. Nous étions résignés à accepter malgré nous les 72 mois suite à notre échec de barrer la route au tripatouillage de la constitution de 2010 et au 3ème mandat contesté de Mr Alpha CONDÉ. Pourquoi trouver un problème aux 36 mois pour ceux, que beaucoup considèrent comme libérateurs ? Soyons tolérants dans l’intérêt de la paix et la stabilité de notre pays. Trois ans avec un chronogramme bien détaillé, c’est acceptable.

La transition est-elle sur une bonne voie ?

Oui la transition est sur la bonne voie au regard des nombreux actes positifs exécutés tels la libération des prisonniers politiques dès la prise du pouvoir, la levée de siège au tour des quartiers généraux des partis politiques de l’opposition d’alors, la remise du passeport au principal opposant, arbitrairement confisqué à l’époque, la création de la CRIEF qui joue le rôle de la haute cour de justice, la reprise des nombreux chantiers qui étaient en souffrance conséquence de la gestion peu orthodoxe de la gouvernance déchue. L’œuvre humaine n’étant pas parfaite, il y a effectivement eu quelques actes posés qui ont fait couler assez d’encre et salive telle la campagne de déguerpissement du patrimoine bâti dans tout le pays. Je suggère que le CNRD construise d’abord beaucoup logements sociaux disponibles, pour ce qui devront subir le déguerpissement quelle que soit la condition d’acquisition de l’habitat ou procéder à un dédommagement correct.

Quels conseils prodiguez-vous à la junte ?

Un seul conseil à donner à la junte, c’est rester à l’écoute du peuple et proche de lui.

Interview réalisée par Aïssata Barry

Lire l'article en entier