Rejet du Médiateur Ousmane Doré : « Si nous sommes encore en période transitoire, c’est parce que l’élite a échoué » (Dr Faya)

il y a 8 mois 132
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le rejet du médiateur Dr Ousmane Doré par l’inter-coalition des partis politiques dirigée par Mamadou Sylla, en faveur d’une classe politique unifiée sous la transition dirigée par le CNRD, n’est pas du goût de Dr Faya Millimouno. Le président du parti le Bloc Libéral met en cause l’élite guinéenne, plus intéressée à défendre ses intérêts personnels que ceux collectifs. Dr Millimouno regrette cette situation. Il invite à poursuivre l’effort de mettre ensemble les coalitions politiques pour parler d’une seule et même voix.

« Si nous sommes encore en période transitoire, c’est parce que l’élite de ce pays a essuyé un échec. Maintenant, l’occasion nous ait donnée de faire la correction. Mais je vois les mêmes comportements qui nous ont amené à l’échec pointés à l’horizon. C’était déjà mal parti de penser que en nous affectant la classe politique 15 places au sein du CNT, que il s’agissait d’une représentation par parti, ça été la mauvaise lecture dès que nous avons commencé. Et ça, ça tient du fait que chacun s’est toujours projeté dans les choses. A mon avis, on devrait considérer qu’on a 15 places pour accomplir une mission qui est confiée au CNT. Peu importe le parti, que l’on s’attarde sur le profil des gens, leur intégrité, leur probité morale, je crois qu’on aurait fini avant les autres. Mais tant que d’aucuns pensent que tel parti doit avoir obligatoirement, ça nous amène naturellement à des critères qui sont classés clivants. D’aucuns mettent l’accent sur la participation aux élections. Le problème à ce niveau, c’est qu’on ne peut pas blâmer un parti qui est né il y a cinq mois de n’avoir pas participer à une élection qui n’a pas eu lieu pendant les cinq derniers mois. Et puisque le CNRD insiste sur la nécessité d’inclure tout le monde, je suis navré de constater que les partis comme d’ailleurs certains l’ont déjà fait, seront amenés à déposer individuellement leur liste. Ce qui voudra dire qu’il y aura 181 candidats pour 15 places. Nous avons une lourdeur dans la tête que la classe politique soit arrivée à une telle situation », a déploré le leader du parti Bloc Libéral.

Que faut-il faire ?

De l’avis de Dr Faya, il ne faut pas pour autant baisser les bras. Il fonde l’espoir d’une classe politique guinéenne unie pour une transition réussie en Guinée

« Dès lors qu’on a récusé le médiateur, on sait que c’est au moins les efforts de ce médiateur qui ont permis que les coalitions qui ne venaient pas aux réunions ont pu se retrouver ensemble. C’est comme si on a ainsi consommé la division sur cette question à court terme. Mais, je crois qu’il faut continuer l’effort de mettre les coalitions ensemble et d’aller même vers les forces vives. Parce que ce n’est pas pour que la classe politique se présente en opposant au CNRD mais pour mieux accompagner les nouvelles autorités à réussir cette période transitoire dans l’intérêt de notre pays. On peut les aider individuellement chacun, mais ça serait encore mieux si nous pouvons accorder nos violons et parler d’une voix pour donner des conseils nécessaire à la réussite de cette période transitoire, c’est pour cela que je continue à espérer qu’on réussira à mettre tout le monde ensemble », aspire le président du BL.

Mosaiqueguinee.com

Lire l'article en entier