Procès des violences intercommunautaires de Macenta : Me Bea appelé en renfort

il y a 4 mois 82
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

La trentaine de prévenus arrêtée en décembre 2020 en marge des violences intercommunautaires survenues à Macenta défilera ce lundi devant les juges du tribunal criminel de cette même préfecture, délocalisé à N’Zérékoré.

Le procès ouvert lundi dernier connaîtra la participation de Me Salifou Beavogui, qui vient porter mainte forte aux avocats de la défense.

Il souhaite qu’à travers ce jugement, que justice soit rendue et que le tissu social soit renforcé.

« D’abord, il faut se réjouir sincèrement de l’ouverture du procès parce que ça faisait déjà plus d’un an que plusieurs citoyens sont privés de leur liberté pour des faits très graves qualifiés d’assassinat, de complicité d’assassinat, de détention illégale d’armes militaires, d’incendie volontaire, etc. Parmi les accusés, il y a même trois qui sont morts et entre temps le procès a démarré. Le souhait de tout avocat dans un procès est que sa cause soit entendue et que justice soit rendue. Pour le moment, tout se passe comme ça se doit. Nous avons découvert des juges professionnels et aguerris. En ce qui nous concerne, nous avocat de la défense, notre souhait est qu’aucun innocent ne soit condamné mais qu’aucun coupable n’échappe. Le malaise est profond. Dans d’autres circonstances, chacun saura entendre raison parce que dans toute société, chacun doit connaitre sa place et son rôle. Notre souhait est qu’à travers ce procès que le tissu social soit soudé et que chacun sache la place qu’il occupe au sein de cette société cosmopolite », a-t-il lancé dans un entretien réalisé au téléphone.

Mosaiqueguinee.com

Lire l'article en entier