Organisation et gestion des manifestations en Guinée : civils et militaires à l’école de la DSV/ BI

il y a 1 semaine 34
CONTACTEZ info@lekaloum.com

« Organisation et gestion des manifestations politiques et sociales en Guinée » ! C’est le thème d’un important atelier qui s’est ouvert dans la matinée de ce jeudi, 25 novembre 2021, à Conakry. Prévue jusqu’au 27 de ce mois, cette formation est destinée à une cinquantaine de participants issus des rangs de la gendarmerie, de la police, de l’armée, des partis politiques et des jeunes leaders de l’axe Hamdallaye-Kagbélen.

Cet atelier est organisé par le programme Démocratie sans violence-la baïonnette intelligente (DSV-BI), grâce à l’appui technique et financier de la Coopération allemande, à travers l’ONG Service Mondial pour la Paix (WFD), basée à Berlin et appuyé par le ministère allemand du Développement (BMZ).

Devant les médias présents (dont Guineematin.com), Elhadj Ibrahima Diallo, Vice-coordinateur du Programme DSV-BI, également Coordinateur par intérim du programme, a rappelé que cet atelier est le point de départ d’une série de formations des acteurs impliqués dans l’organisation et la gestion des manifestations politiques et sociales en Guinée.

Elhadj Ibrahima Diallo, Vice-coordinateur du programme DSV BI

« Ce programme guinéo-allemand de coopération civilo-militaire œuvre pour la promotion de la paix, de la lutte non violente, de la démocratie et de l’Etat de droit en Guinée », a expliqué M.Diallo avant de rappeler les étapes parcourues par le Programme DSV-BI en Guinée.

De son côté, Kaly Diallo, membre du Programme DSV-BI, à la fois organisateur et facilitateur de l’atelier, a souligné que cette formation est organisée à l’endroit aussi bien des agents de maintien d’ordre que des partis politiques et de la société civile, tous identifiés comme les principaux  acteurs impliqués dans l’organisation et la gestion des manifestations politiques et sociales apaisées.

Kaly Diallo, formateur et membre du programme DSV BI

« Nous avons jugé utile de mettre ensemble ces acteurs chargés d’organiser des manifestations politiques ou sociales en ce qui concerne les partis politiques, de la mission de maintien d’ordre qui revient aux agents des forces de l’ordre et ceux chargés d’observer le déroulement des manifestations pour ce qui est de la société civile. Nous voulons les outiller tous en notion des droits de l’homme, le principe de maintien d’ordre et la problématique de la réquisition dans l’optique d’utiliser ces règles sans violence », a-t-il fait savoir.

Selon Kaly Diallo, les organisateurs de l’atelier attendent des participants une nette amélioration des relations civilo-militaires, au rétablissement du dialogue entre manifestants et forces de l’ordre, en vue de réduire la violence sur le terrain et la violation des droits de l’homme.

Selon cet activiste des droits de l’homme, cet atelier se penchera sur les questions de Droits de l’homme, le droit de manifester, la problématique de la réquisition, les principes de maintien et de rétablissement de l’ordre et le Code de bonne conduite des forces de défense et de sécurité.

Le Directeur du Bureau des droits de l’homme et du droit international humanitaire au ministère de la sécurité, le Colonel Mamady Sidibé, l’un des facilitateurs de l’atelier, croit fermement à l’amélioration des relations civilo-militaires et la promotion des droits de l’homme.

Colonel Mamady Sidibé, Directeur du Bureau des droits de l’homme au ministère de la Sécurité

« Grâce aux idéaux des autorités actuelles qui placent les droits de l’homme au centre de toutes les préoccupations, tous les acteurs impliqués bougent ensemble et dans le même sens dans l’organisation et la gestion des manifestations pacifiques en Guinée », a dit l’officier supérieur.

Cet atelier de trois jours qui regroupe en plus des représentants des forces de défense et de sécurité, des partis politiques, de la société civile comprend également des élus locaux. Après Conakry, il s’étendra d’ici la fin de l’année, à Kindia, Mamou et Labé et se poursuivra dans les autres régions du pays.

De 2013 à 2021, le Programme DSV-BI a touché plus de 712 agents des forces de défense et de sécurité et de centaines de jeunes acteurs dans les manifestations politiques et sociales à travers le pays. Dans le domaine de la promotion de la lutte non violente, le secourisme, le développement organisationnel, le montage et le management des projets, la prévention et la gestion des conflits civilo-militaires, 951 jeunes de l’axe et des Chefs-lieux des régions administratives du pays, ont été formés.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45 

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier