N’Zérékoré : L’ouverture du procès des détenus de Macenta prévu ce jeudi

il y a 6 mois 231
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le procès des détenus de Macenta s’ouvrira le jeudi 30 décembre 2021, au tribunal de première instance de N’Zérékoré, a-t-on appris. Les personnes concernées ont été arrêtées suite aux événements tragiques survenus les 26 et 27 décembre 2020, à Macenta.

Interrogé par notre rédaction, le procureur du tribunal de première instance de Macenta, Abdoulaye Babady Camara donne des précisions : “je suis à N’Zérékoré, pour l’ouverture du procès des détenus de Macenta prévu le jeudi 30 décembre.  Ils sont au nombre de 36 détenus à ce jour et 7 sous contrôle judiciaire”.

Sur les raisons du retard de ce procès notre interlocuteur dira : “cela ne dépend pas de nous car il y a un délai de 6 mois renouvelable une fois, pour le juge. Je tiens à vous dire que toutes les instructions ont été bouclées dans les 6 premiers mois. Donc, le juge a fait son travail. Mais comme vous le savez, un dossier criminel est différent d’un dossier de flagrant délit. Et pire Macenta n’a pas de prison civile depuis les évènements de 2006-2007 que notre pays a connus. C’est pourquoi, il nous faut des moyens pour délocaliser le procès. Ce qui est fait maintenant par les nouvelles autorités. Car depuis la fin des instruction, nous avons écrit aux anciennes autorités sans suite. C’est pour cette raison nous remercions les nouvelles autorités, pour leur attention dans ce dossier”,  a conclu le procureur du tribunal de Macenta Abdoulaye Babady Camara.

La tenue de ce procès est un ouf de soulagement pour nous ONG de défense des droits de l’homme. Car, on avait dénoncé à plusieurs reprises, le retard accusé dans l’ouverture de ce procès. C’est pour nous l’occasion d’accompagner ces accusés, par des avocats pour ceux qui n’ont pas les moyens et qui le désirent”, a indiqué Maître Adrien Chérif, coordinateur régional de l’ONG Mêmes Droits pour Tous.

Pour Massa Guilavogui, parent d’un détenu : “c’est pour moi, un sentiment de soulagement d’entendre que mon frère doit être maintenant jugé. Car il n’est pas en bonne santé en ce moment dans la prison. Et pour cause, les mauvaises conditions de vie dans cette prison”.

A noter, que ce procès s’ouvrira à un moment où les parents des accusés menaçaient de  manifester après la mort de 3 détenus sans procès à la prison civile de N’Zérékoré.

Lire l'article en entier