Moussa Faki Mahama de l’UA sur la transition en Guinée : « Il y a de bon espoir que  les choses avancent »

il y a 1 mois 132
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Nous attendons comme l’ensemble de la communauté internationale les prochaines étapes. Nous sommes venus surtout pour voir avec les autorités ce que l’UA peut faire pour accompagner la Guinée dans cette phase de transition, qu’il soit l’élaboration de la Constitution, soit la préparation des élections en passant par le recensement ou la révision du fichier électoral. Ce sont des phases qui ont besoin d’un accompagnement
Le président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahama, a rencontré ce dimanche 5 décembre, les nouvelles autorités guinéennes pour faire le point de la transition en cours dans le pays.
Après avoir rencontré le ministre des Affaires Étrangères, le Premier Ministre et le Président de la transition, le diplomate Moussa Faki Mahama a déclaré à la presse que les choses avancent dans le bon sens. Il a profité de l’occasion pour présenter son représentant, l’ambassadeur Mahama Sidiki qui sera désormais en contact avec les autorités guinéennes. Lisez!
« Je suis arrivé en Guinée pour m’entretenir avec les autorités de la transition. J’ai rencontré le ministre des Affaires Étrangères, le Premier Ministre puis le Président de la transition pour faire le point de la transition. 
La Guinée est un pays qui a une place importante dans le continent africain. C’est un pays dont son histoire est marquée par le panafricanisme. Il est tout a fait normal que l’Union Africaine s’intéresse à ce qui se passe en Guinée. C’est une mission d’informations et écoute des autorités de la transition.
Nous nous sommes félicitons des pas positifs enregistrés notamment la nomination d’un gouvernement civil dirigé par un Premier ministre civil, la publication de la charte de la transition, la mise en place du Conseil National de la Transition (CNT) dont nous espérons que les membres seront nommés le plus rapidement que possible. 
Nous attendons comme l’ensemble de la communauté internationale les prochaines étapes. Nous sommes venus surtout pour voir avec les autorités ce que l’UA peut faire pour accompagner la Guinée dans cette phase de transition, qu’il soit l’élaboration de la Constitution, soit la préparation des élections en passant par le recensement ou la révision du fichier électoral. Ce sont des phases qui ont besoin d’un accompagnement. 
Je suis venu également pour présenter mon représentant dans la région notamment au Mali et au Sahel. Il sera en contact avec les autorités guinéennes pour voir comment sur le plan technique nous pouvons accompagner la transition en Guinée. Il y a de bon espoir que  les choses avancent« 
Lire l'article en entier