Membres statutaires FGF : mieux vaut faire entendre raison au Conor que de vouloir engager un bras de fer !

il y a 1 semaine 77
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Comme nous enseigne cette expression « mieux vaut convaincre au lieu d’employer la force ». Car, dit-on, la force n’a jamais positivement résolu un problème moins encore quoi qu’il arrive n’engendrera même une alternative possible. Hélas, elle ne fera qu’empirer… D’où l’importance de savoir faire face à une situation donnée. Peu importe votre position qu’elle soit favorable ou l’inverse.

Les membres statutaires de la fédération guinéenne de football continuent toujours à brandir des menaces contre le comité de Normalisation de la FGF installé par la FIFA il y a près de six mois. Peut-être qu’ils sont dans leur droit, mais si cela s’avère, il sera aussi honnête d’admettre qu’ils manquent au même moment le sens de la pédagogie respectable au plus haut point dans leur démarche, du moins c’est ce que je crois.

Pour une prompte sortie de crise…

D’abord il faut dire que dans l’optique de trouver une solution prompte aux maux dont souffrent le football guinéen, il serait souhaitable que le comité de normalisation ait la volonté de recevoir régulièrement et d’écouter les membres statutaires dont la plupart étant présidents de clubs se saignent parfois à blanc pour faire fonctionner leur écurie sans contrepartie financière et sans soutien de l’État, pour le bonheur du football local. Ne serait-ce qu’une fois dans un mois, si c’était le cas, de son installation jusqu’à date, le Conor aurait pu recevoir 6 fois ces derniers. Mais un des membres statutaires en l’occurrence Maturin Bangoura du CI Kamsar a laissé entendre publiquement Lundi dernier, 20 Juin 2022 dans « Nostalgie Sport » que la présidente du Conor Mariama Sy Diallo et son équipe ne les a reçus qu’une seule fois depuis et toujours. Il a aussi ajouté qu’eux membres statutaires ont adressé des mémos dans lesquelles ils ont fait des propositions au comité de normalisation, mais leurs écrits restent comme une lettre morte, sans retour à l’envoyeur.

Compte tenu de tout cela, les membres statutaires de la FEGUIFOOT estimeraient à la lecture de la situation en face être dans un flou total sur le chronogramme du Conor, ou encore le comité de normalisation semble n’avoir pas de considération à leur égard. Ils sont donc à juste titre logiquement, je pense ainsi, dans leur plein droit de faire de mouvements, oui, mais pas des menaces qui pourront malheureusement faire croire par exemple à la FIFA qu’il y a toujours problème dans le football local. Ce qui serait une raison ou une nécessité de prolonger avec une longue durée le mandat du Conor FGF. Les membres statutaires n’auront alors consécutivement que leurs yeux à l’image d’un crocodile qui souffre de la faim pour observer le déroulement de la scène de gouvernance en continu du Conor. Il est encore grand temps de pouvoir l’éviter !

Pourquoi faut-il éviter des menaces…

Surtout des menaces telles que décider de ne pas fournir de joueurs à l’équipe nationale locale pour les éliminatoires du CHAN 2023, faire en sorte qu’il n’y ait pas de championnat national au compte de la saison prochaine… et en faire d’une communication médiatique en plus en faire d’un orgueil inutile, constituent des errements qui devraient être bannis du plan exécutoire des membres statutaires de notre faitière du ballon rond sur le plan local, à mon humble perception de la chose.

Sinon en décidant ainsi, ils offrent probablement sans le savoir au Conor de courir sa chance et de faire savoir à la communauté du football mondial notamment la FIFA que les problèmes dont souffrent le football guinéen, auront besoin d’un mandat conséquent pour pouvoir les résoudre entièrement ou du moins les minimiser davantage. Et les membres statutaires le savent tous quand la Fédération Internationale de football Association décide, ce sera sans appel, en tout dans des cas pareils.

Enfin, il importe de dire clairement aux membres statutaires qui sont, à dire vrai, à l’origine de la crise qui mine avec regret ce milieu aujourd’hui, que le Comité de Normalisation n’a de compte à rendre, en ce que je sache, qu’à la FIFA pas à eux moins encore à X ou Y personne. Car, c’est la FIFA qui l’a commis à la tâche de gérer les affaires courantes, de toiletter les textes et d’organiser une élection transparente à l’issue de laquelle un bureau exécutif sera élu à la tête de la fédération guinéenne de football.

N’oublions surtout pas qu’autant de fois qu’on continuera à brandir des menaces sérieuses contre le Conor, autant de fois la FIFA peut décider de prolonger le mandat du Comité de Normalisation de la FGF.

Ne dit-on pas « que celui qui entend se le tienne pour dit ».

Sportivement vôtre.

Édito fait par Hamidou Kibola, journaliste sportif à africasport.org

Lire l'article en entier