Matam : Deen Touré appelle les candidats au Bac à la sérénité et au courage

il y a 3 jours 4
CONTACTEZ info@lekaloum.com

A Matam (l’une des cinq communes de Conakry), c’est Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale, qui a présidé le lancement officiel du baccalauréat ce jeudi 22 juillet 2021. La cérémonie a eu lieu au lycée 1er mars, en présence du directeur communal de l’éducation et plusieurs autres cadres du secteur éducatif. A cette occasion, le député a invité les candidats et l’ensemble des acteurs concernés à la sérénité et au courage pour la réussite de cet examen national.

Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale

« Le diplôme du baccalauréat pour notre système académique, c’est un diplôme prestigieux. C’est le diplôme qui fait la transition entre un âge et un autre. Et c’est pour cela que je demande sérénité et courage non pas aux candidats seulement, mais aussi aux surveillants, aux correcteurs et à tous, pour que chacun fasse son travail dans son domaine, afin que nous aboutissions au résultat que nous attendons, parce que tous les moyens sont investis à cet effet. Notre président de la République a mis tout ce qu’il faut dans ce domaine pour que les choses marchent comme ça se doit. Nous devons le féliciter pour ça et féliciter tous les acteurs qui interviennent dans le système éducatif guinéen et qui se battent pour qu’on arrive à bon port », a dit l’honorable Deen Touré.

Ibrahima 2 Barry, Directeur communal de l’éducation de Matam

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Matam, Ibrahima 2 Barry, a indiqué que les autorités ont pris toutes les dispositions pour le bon déroulement des examens nationaux dans cette commune. « Pour rendre crédibles ces examens en évitant les fraudes de tout genre, les dispositions ont été prises, tels que : le contrôle basique des listes des candidats qui ont t été épurées, la formation et la sensibilisation des candidats et des surveillants,  l’utilisation des détecteurs de métaux pour débusquer les téléphones qui sont devenus des instruments de fraude massive, l’identification des surveillants et surveillantes pour éviter la substitution dans les salles », a-t-il souligné, avant d’appeler à un changement de comportements. « Car la triche ne peut honorer ni un succès, ni un acquis », a dit M. Barry.

Cette année, 3 901 candidats dont 1 690 filles affrontent les épreuves du baccalauréat dans la commune de Matam. Ils sont répartis dans 8 centres d’examen.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : +224622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier