Mamady Kaba (LIDDA): « nous nous retrouvons dans les actes qui ont été posés jusqu’ici »

il y a 9 mois 46
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Les organisations de la société civile fondent, à leur tour, un grand espoir sur les concertations, en cours, devant mener à une transition apaisée et inclusive en Guinée, à l’initiative du CNRD.

C’est en tout cas ce qui ressort des premières prises de contact qu’elles ont eues avec la junte militaire sous la direction du colonel Mamady Doumbouya, ce mercredi 15 septembre 2021.

Le président de la ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA) dit être rassuré des engagements pris par le président du CNRD à travailler avec l’ensemble des forces vives de la nation en vue de favoriser non seulement la l’avènement d’une Guinée nouvelle mais également la refondation de l’État et un ancrage de la démocratie.

« Je pense que depuis la prise de pouvoir jusque-là, les discours sont rassurants, les actes le sont aussi. Nous les encourageons à promouvoir une nouvelle Guinée. Vous savez il y a Einstein qui disait que la vraie folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent . Jusque-là les démarches nous rassure maintenant nous allons voir l’évolution des situations pour nous rassurer que nos craintes ne serons pas confirmés (…).je pense que pour une refondation d’état l’avis des organisations des droits de l’homme compte à plus d’un titre»,a-t-il déclaré à la presse.

Il a aussi rassuré de la détermination de tous les défenseurs des droits humains d’œuvrer pour la réussite d’une transition inclusive:« nous allons faire des propositions écrites que nous allons faire parvenir à l’équipe de la transition nous sommes très optimistes et nous sommes déterminés à accompagner la transition (…) nous nous retrouvons dans les engagements qui sont pris et nous nous retrouvons également dans les actes qui ont été posés jusqu’ici », confie-t-il.

A préciser qu’au cours des échanges avec le chef de la junte, les organisations des droits de l’homme n’avaient pas eu droit à la parole.

MohamedNana et Alhassane

Lire l'article en entier