Madic 100frontières: «Ousmane Gaoual qui est aujourd’hui ministre, on voulait le tuer à la maison centrale»

il y a 8 mois 212
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans une courte vidéo publiée sur le réseau social Facebook ce week-end, Mamadi Condé alias Madic 100frontières a encore fait des révélations sur le court séjour qu’il a effectué en Guinée, notamment sur son passage à la maison centrale de Conakry.

D’abord, le web influenceur révèle qu’Ousmane Gaoual Diallo, actuellement ministre dans le gouvernement de transition en compagnie duquel il était en prison, n’était nullement poursuivi par Alpha Condé comme on voulait le faire croire.

Le souci de celui-ci était plutôt lié à quelqu’un qui était pourtant un de ses proches. C’est d’ailleurs ce proche à Ousmane Gaoual, qui aurait, selon les mots de Madic 100frontières, ordonné à ce qu’on intente à la vie de l’ancien Directeur de la communication de l’UFDG, en lui privant de la nourriture.

« Honorable Ousmane Gaoual qui est aujourd’hui ministre, on voulait le tuer à la maison centrale. Un jour, il y a une partie à la maison centrale, on nous a tous amenés là-bas, c’est-à-dire nous prisonniers politiques ; la partie s’appelle Covid. Ils ont laissé étouffé Ousmane Gaoual et l’ont privé de nourriture. Il s’est jeté sur le médecin, c’était la première fois pour moi de le voir se jeter sur quelqu’un. Il est vivant aujourd’hui, il peut en témoigner. Ils l’ont privé de manger. Ousmane Gaoual m’a appelé et m’a dit, Madic, tu vois ce que ces gens font, j’ai dit oui. L’honorable Cellou Baldé, Abdoulaye Bah et moi nous nous sommes rencontrés pour prendre la bouffe. C’est moi qui ai pris le risque ce jour, pour amener cette bouffe à Ousmane Gaoual. Il y a des choses qui se sont passées en Guinée dont nous seuls sommes au courant mais pas les autres. Celui qui voulait faire du mal à Ousmane Gaoual n’était pas Alpha Condé ; les gens sont cruels en Guinée. La personne qui voulait lui faire du mal le connaissait depuis l’enfance. Le souci d’Ousmane Gaoual, c’était un règlement de compte. La personne savait que quand quelque chose arrivait à un prisonnier politique, on allait l’attribuer à Alpha Condé, c’est pourquoi elle a agit ainsi pour régler ses comptes avec lui», a-t-il révélé.

MohamedNana Bangoura

Lire l'article en entier