Lutte contre le sida : ce que la Guinée doit faire pour atteindre l’objectif « 95 95 95 »

il y a 1 mois 97
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le sida, célébrée ce mercredi, 1er décembre 2021, le ministère de la santé a annoncé ce que la Guinée doit faire pour atteindre l’objectif « 95 95 95 » à l’origine 2030. Il s’agit notamment de renforcer le dépistage précoce du VIH chez les enfants nés de mères séropositives et poursuivre le dépistage à l’initiative du soignant dans toutes nos structures sanitaires.

L’humanité a célébré ce mercredi, 1er décembre 2021, la journée mondiale de lutte contre le sida sous le thème : « Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au sida. Mettre fin aux pandémies ». Une façon pour l’ONUSIDA de mettre l’accent sur l’éradication urgente des inégalités qui alimentent l’épidémie de sida et d’autres pandémies dans le monde. En Guinée, l’événement a mobilisé des membres du gouvernement, des partenaires au développement, des organisations des personnes infectées et affectées par le VIH/Sida, sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry.

Une occasion mise à profit pour parler des avancées réalisées dans le cadre de la lutte contre le sida et des défis à relever. Khaïté Sall, chef de cabinet du ministère de la Santé, a rappelé que depuis 2018, la Guinée souscrit à la recommandation de l’OMS qui consiste à traiter systématiquement par les antirétroviraux toute personne dépistée séropositive quelle que soit sa nationalité, son appartenance sociale et son âge.

Khaïté Sall, cheffe de cabinet du ministère de la Santé

« Le ministère de la Santé et de l’hygiène publique et ses partenaires ont renforcé ces dernières années, les infrastructures de suivi biologique qui permettent de mesurer la performance des traitements sur toutes les personnes vivant avec le VIH, qui suivent correctement le traitement et chez qui la charge virale devient indétectable. Pour renforcer la disponibilité du traitement le plus près possible des patients, l’une des stratégies mises en œuvre consiste entre autres, à la création de points de distribution des ARV au niveau communautaire, à la fourniture de doses d’ARV de trois à six mois en proportion jugée stable, afin de réduire les charges du patient pour la recherche de son traitement. A la fin du premier semestre 2021, nous avons mis 65 447 personnes séropositives sous traitement antirétroviral sur les 113 337 estimées existant en Guinée », s’est-elle félicitée.

Khaïté Sall reconnaît toutefois que malgré les avancées obtenues, les défis restent énormes dans ce domaine. Selon elle, d’importantes actions doivent être menées pour atteindre l’objectif « 95 95 95 », qui consiste à faire en sorte que 95 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 95 % des personnes qui savent qu’elles sont séropositives au VIH aient accès à un traitement et que 95 % des personnes soient sous traitement ont une charge virale indétectable.

« Pour rejoindre le cercle restreint des pays qui ont atteint l’objectif 95 95 95, notre pays devra renforcer le dépistage précoce du VIH chez les enfants nés de mères séropositives et poursuivre le dépistage à l’initiative du soignant dans toutes nos structures sanitaires. Enfin, nous devons tirer les leçons des épidémies antérieures et ou actuelles, notamment celles de la maladie à virus Ebola et la Covid-19 pour considérer le mécanisme d’alerte précoce et de leur prise en charge efficace en vue de réduire l’impact sur la réponse nationale au VIH », a dit la cheffe de cabinet du ministère de la Santé.

Cette cérémonie était placée sous la présidence de Mohamed Béavogui, le Premier ministre de la Transition, qui s’est fait représenter par la ministre de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables. Aicha Nanette Conté a exprimé la solidarité du gouvernement à l’égard des personnes vivant avec le VIH/Sida et leurs familles. Elle a aussi rassuré de la détermination des autorités de la Transition à lutter efficacement contre cette pandémie.

Aicha Nanette Conté, ministre de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables

« La lutte contre le VIH/sida occupe une place importante parmi les occupations du gouvernement de transition. C’est pourquoi, du haut de cette tribune, je réitère l’engagement ferme et la disponibilité constante du gouvernement, sous l’impulsion du chef de l’Etat, président de la Transition, chef suprême des armées, le colonel Mamadi Doumbouya, à ne rien ménager pour la poursuite des efforts dans la mobilisation des ressources à l’effet de subvenir aux besoins de nos compatriotes affectés par cette maladie », a dit Aicha Nanette Conté.

La représentante du Premier ministre a aussi félicité et remercié tous les acteurs de la riposte au VIH, dont les partenaires de la Guinée, tout en les invitant « à poursuivre leur soutien pour qu’ensemble nous puissions renverser la tendance évolutive du VIH/Sida en Guinée ».

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier