Lutte anti fraude dans les examens nationaux : et vint le détecteur des métaux

il y a 1 semaine 86
CONTACTEZ info@lekaloum.com

Le baccalauréat unique session 2020-2021 a démarré ce jeudi 22 juillet sur l’ensemble du territoire national. Dans la commune de Matoto, c’est le Lycée Ahmed Sékou Touré (AST) sis au quartier Aviation qui a été retenu pour le lancement officiel des épreuves. Il a été présidé par le vice-président de l’Assemblée nationale, Dr Fodé Soumah.

Interrogé, le Directeur Communal de l’Education de Matoto, Daouda Doumbouya a fait savoir que le département de l’Eduction Nationale et de l’Alphabétisation a pris toutes les mesures pour que les examens se fassent dans les meilleures conditions. «Il s’agit de la valorisation de l’école guinéenne. Il y a eu assez d’exigences au niveau des candidats tout comme au niveau des encadreurs. Dans cette commune, il y a 16 771 candidats dont  6 555 filles qui affrontent le baccalauréat dans 38 centres, avec 1225 surveillants», a-t-il indiqué.

A en croire, le député Fodé Soumah, premier vice-président de l’Assemblée nationale, tout se passe bien dans le centre d’examen avant d’espérer que la même chose se passe dans tous les autres centres du pays. «Nous souhaitons plein succès à tous les candidats de Guinée. Je précise que toutes les consignes sont strictement respectées dans ce centre. Nous pensons que nos collègues surveillants mesurent bien la portée de leurs tâches et ils vont les assumer…», a-t-il dit.

Pour sa part, le premier vice-président de la commission Eduction de l’Assemblée nationale, Mamadi Sidibé a demandé à tous les candidats de se comporter conformément aux exigences et règlements généraux qui régissent les examens en République de Guinée. Un candidat ne doit compter que sur ses propres efforts, il ne doit se référer à personne. Nous demandons aux surveillants, si les sujets sont individuels, de faire en sorte que chaque candidat ait sa copie. Si le sujet est à recopier au tableau, de faire en sorte qu’il soit bien écrit sans faute et sans erreur. Nous avons aussi demandé aux encadreurs de veiller strictement sur le comportement des candidats afin qu’aucun candidat ne puisse introduire un document ou encore utiliser un téléphone», a-t-il lancé.

«C’est la première journée du baccalauréat. Les enfants ont eu tout le temps d’apprendre et de bien réviser. Nous ne sommes pas là pour effrayer les candidats mais plutôt,  nous les surveillons pour empêcher les cas de fraude. Les candidats ont été individuellement fouillés à la porte», a fait comprendre la surveillante Makhissa Touré.

Très serein, le candidat Moussa Camara se voit déjà à l’université avant d’apprécier les réformes apportées par le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation. «Je suis très content des réformes apportées par le ministre Pr. Amadou Bano Barry dans le système éducatif. Un candidat doit se préparer pour affronter les épreuves parce que, n’importe qui ne doit pas se retrouver à l’université.  Je suis convaincu que je serais parmi les heureux gagnants pour l’université», a-t-il espéré.

Il faut par ailleurs rappeler que la prise des températures est effective et sans exception dès la rentrée du centre. Dans la cour, on note la présence de la sécurité composée de gendarmes et policiers. Une infirmerie est aussi ouverte pour la circonstance.  En plus de la fouille corporelle, ont été scannés par un appareil détecteur des métaux notamment les téléphones chez les candidats.

Lire vidéo :

Lire l'article en entier