Lonagui : environnement atrabilaire, nominations douteuses, chasse aux sorcières, la méthode Baba Sylla mise à l’index !

il y a 1 mois 115
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans les couloirs de la LONAGUI, des travailleurs, font grise mine, apparemment désespérés et lassés de la politique de gestion du personnel, par la nouvelle direction, délient les langues.

Au cœur des discussions, du chambardement qu’il y a eu lieu dans certains services, ce depuis que le nouveau Directeur a été proclamé patron des lieux, il y a plus de six mois.

Curieusement, ce sont des services indispensables au fonctionnement de la structure, qui ont été affectés. On reproche à Baba Sylla, de faire la promotion des proches à ces fonctions non moins importantes. Vrai ou faux, difficile d’apprécier.

A préciser que le nettoyage a commencé dans le pool financier.

En effet, le DAAF et ses collaborateurs accusés de soustraction frauduleuse du disque informatique, ont été aussitôt remplacés et trainés devant les tribunaux.

Patatras, ces derniers seront reconnus non coupables des faits à eux reprochés, pour délit non constitué.

Malgré l’avanie subie par l’accusateur, le DAAF et ses collaborateurs ne reprendront plus leurs postes.

« Quand on veut abattre son chien, on l’accuse de rage. Le plan était de les éjecter, parce qu’on les soupçonne d’être proches de l’ancienne direction. A cet effet, il serait imprudent de les garder si on a d’autres intentions pour la gestion », s’indigne-t-on à la Lonagui.

Ensuite, il y a eu le secrétariat central et la centrale de gestion, qui ont aussi changé de patrons. Ces postes combien de fois stratégiques, seront cumulativement gérés par une nouvelle promue dont la compétence est sujet de conversation sur toutes les lèvres.

Enfin, il y a aussi la logistique. L’ancien responsable est gommé au profit d’un nouveau venu du Canada, parait-il, et dont la connaissance de la fonction suscite assez d’interrogation.

Par ailleurs, la nomination du nouveau DRH est toujours attendue, et les candidats pour le poste impatientent d’être fixés sur leur sort, après avoir passé un test depuis trop longtemps.

Pour terminer, notons la démission d’un très grand nombre de cadres jugeant l’environnement de travail atrabilaire depuis le changement qu’il y a eu à la tête du régulateur des jeux en Guinée.

Nous y reviendrons avec d’autres pans de la gestion jugée douteuse à la Lonagui !

Mognouma

Lire l'article en entier