Lola : le difficile quotidien des femmes dans les carrières de gravier à Weyakoré

il y a 1 mois 30
CONTACTEZ info@lekaloum.com

A Weyakoré, village situé à 7 kilomètres de la commune urbaine Lola, plusieurs femmes gagnent leur vie dans l’extraction et la vente du gravier dans une carrière près de la localité.

L’équipe est composée essentiellement de mères de famille et de leurs enfants. Des femmes qui bravent tous les risques liés à ce travail pénible pour la survie de leurs familles.

Interrogé par notre reporter, Mariama Sangaré affirme qu’elle est tenue de faire ce travail pour nourrir ses enfants. « Si tu vois que je travaille ici, c’est parce que je n’ai rien. C’est la souffrance qui m’amène ici dans ce trou. Je n’ai personne pour m’aider. J’ai des enfants à nourrir et certains sont à l’école alors que mon mari n’a rien. Mon mari ne travaille pas », s’est-elle lamentée.

Ces femmes creusent durant deux semaines la terre, qu’elles   tamisent ensuite   pour avoir le gravier. Ce n’est pas une carrière de granite.  Aidées de leurs enfants, elles essaient de trouver des graviers ordinaires.

Un chargement de graviers rapporte ainsi   400 milles francs guinéens. Un chargement qui est ensuite revendu à plus d’un million de fg à Lola.

« Je viens aider ma mère ici, comme elle n’a rien.  C’est pourquoi je viens l’aider pour subvenir à certaines dépenses familiales.  Je ne vais pas à l’école mais je suis apprenti-tailleur à Lola. Il n’y a pas d’autres alternatives, si ce n’est de travailler pour subvenir au besoin.  On ne doit pas attendre demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui. Tendre toujours la main aux autres, ce n’est pas bien », a confié Sory Condé.

Jean-Pierre, ce mineur   âgé de 9 ans est aussi plongé dans cette extraction de graviers. « Moi je suis là pour aider la maman. Ceux qui disent d’interdire le travail des enfants, doivent comprendre que pour aider sa maman, l’enfant doit être partout où va sa maman et il faut être à côté pour l’aider », a-t-il ainsi justifié sa présence aux côtés de sa mère dans cette carrière de gravier.

Lire l'article en entier