Lettre ouverte à la ministre de Justice Fatoumata Yarie Soumah : le viol de M’Mah Sylla et les viols du 28 septembre 2009

il y a 1 mois 70
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le 28 Novembre 2021

Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon salue l’indignation unanime des Guinéens à la suite du viol suivi d’une intervention chirurgicale dans une clinique clandestine qui a eu pour conséquence la mort de la jeune femme du nom de M’Mah Sylla. Nous présentons nos condoléances attristées à la famille de la défunte. Nous apprécions à sa juste valeur la réaction du gouvernement qui a mis aux arrêts les personnes responsables de ces crimes. Aussi, nous invitons les autorités compétentes à mener des enquêtes pour débusquer et fermer ces cliniques clandestines qui pullulent en Guinée.

 

Notre organisation saisit l’occasion pour interpeller la nouvelle ministre de la Justice sur le dossier des crimes du 28 Septembre 2009 qui ont vu plus d’une centaine de femmes violées par des éléments des forces de sécurités du pays. Nous demandons qu’elle procède sans délai au jugement des personnes inculpées dans ce dossier. Les enquêtes sur ces crimes sont bouclées et le dossier transmis à la Justice pour le jugement.  Il est donc inconcevable que la justice guinéenne tarde à traduire les auteurs de ces crimes en justice.

Mais nous rappelons que, nous avons suivi -sans garder le mutisme bien sûr- avec profonde indignation, pendant plus d’une décennie, le refus catégorique par l’administration Alpha Condé de permettre à ce processus de justice d’aboutir alors que ces crimes ont été exécutés en plein jour par des individus connus de tout le monde. Et la Commission des Nations Unies envoyée à Conakry avait conclu que ces crimes équivalaient à « des crimes contre l’humanité ». Un processus de justice sérieux aurait déjà permis non seulement d’appréhender les criminels connus, mais aussi de démasquer ceux qui ont planifié ces crimes et ont permis le déni de justice aux victimes pour plus d’une décennie.

Nous lançons un appel aux partis politiques pour qu’ils insistent auprès du gouvernement issu de la prise du pouvoir par le CNRD pour qu’il procède au jugement sans délai des personnes inculpées. Nous rappelons aux partis politiques que c’était sur leur demande que les populations guinéennes s’étaient rendues au « Stade du 28 Septembre » ce jour fatidique du 28 Septembre 2009 pour protester contre la volonté de confiscation du pouvoir par la junte militaire du CNDD sous la direction du Capitaine Dadis Camara.

Aujourd’hui encore la Guinée fait face à une situation presque similaire. Le CNRD, une junte militaire, s’est saisie du pouvoir à la suite d’un Coup d’Etat. Le CNRD promet d’organiser des élections libres et transparentes et de rendre le pouvoir aux civils. Si jamais cette junte change d’avis et décide de garder le pouvoir, les partis politiques n’aurons aucune légitimité de demander aux populations de sortir dans les rues pour manifester contre une telle décision vue leur indifférence face aux crimes du 28 Septembre 2009.

A la Cour Pénale Internationale, en particulier, nous demandons qu’elle donne un délai de six mois au maximum à la junte guinéenne pour qu’elle procède au jugement des personnes inculpées dans ce dossier, faute de quoi elle va se saisir du dossier.

Quant à notre organisation Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon, elle va continuer sa lutte pour mettre fin à la violence d’Etat et à l’impunité, seuls garants d’une démocratie viable en Guinée.

En attendant une suite favorable à notre lettre veuillez accepter Madame la ministre nous vœux de succès dans votre rôle de ministre de la Justice. 

La Commission Centrale de Coordination de Pottal Fii Bhantal Fouta-Djallon

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier