Le quotidien en images sur la route Coyah-Kouroussa : des sorties de route répétitives de camions

il y a 1 mois 192
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Il ne s’agit pas pour nous de faire peur aux usagers en jouant à l’oiseau de mauvais augure ou en distillant des vibrations négatives. Il s’agit plutôt de présenter des faits tels qu’ils se sont produits ou se produisent sur cette route, encore en chantier.

Il n’y a aucun doute qu’en raison de sa grande importance pour notre pays, cette route, la RN 1, soit la plus fréquentée de toutes les artères qui sillonnent notre territoire. Ce statut sera encore nettement plus évident, quand sa construction sera achevée faisant d’elle, indubitablement, une pénétrante de premier ordre pour accéder à l’intérieur du pays.

Mais, il nous faut néanmoins admettre que ces aspects techniques modernes, liés à son nouveau tracé et à sa qualité de construction, lui confèrent également un certain coefficient de dangerosité, à ne pas occulter.

Nous connaissons tous le paradoxe qui caractérise les conducteurs, en général : quand la route n’est pas bonne, ils sont enclins à pester tous contre les autorités qu’ils rendent responsables de n’avoir pas voulu l’entretenir, la réparer ou la reconstruire. Et ils roulent doucement, pour ne pas abîmer leurs véhicules ou aggraver leur inconfort.

Mais, dès que la même route est réparée, améliorée ou reconstruite, voici que, telle une drogue, la tentation de la grande vitesse les prend au corps et à l’esprit. Et ils en abusent, allant, pour certains, jusqu’aux excès les plus fous.

Ce qui explique les nombreux accidents qui se produisent sur cette route, surtout entre Coyah et Mamou. Nous l’avons constaté de visu, la semaine dernière : beaucoup de sorties de route, surtout de camions, qui marquent le parcours, d’un cachet alarmant.

Sous réserve des avis certainement plus explicites que pourraient en donner les services de constat de la gendarmerie routière, on peut se risquer à dire que ces accidents sont dus à l’excès de vitesse ou au défaut de visite technique. Tout porte à le croire. On se rend compte qu’il ne s’agit ni de collision, ni de dépassement, mais, nous le répétons, de sortie de route dans l’ensemble des cas.

La question que l’on se pose alors est de savoir ce qu’il en sera, quand la pluie se sera installée, rendant la chaussée glissante et la visibilité réduite.

En attendant, nous vous proposons des images très expressives qui illustrent parfaitement le sujet abordé. Espérons qu’elles nous suggèrent d’être plus prudents, en roulant moins vite et en assurant la visite technique de nos véhicules.

Lire l'article en entier