La centrale thermique de Lola foudroyée : la ville replonge dans le noir

il y a 1 mois 33
CONTACTEZ info@lekaloum.com

La centrale électrique qui alimente la ville de Lola a été foudroyée dans la nuit du jeudi à vendredi 22 octobre, a-t-on constaté sur place. Depuis cet incident technique, la ville de Lola est plongée dans l’obscurité.

Interrogé, le directeur par intérim de l’agence locale d’EDG confirme l’information et précise que depuis le lancement de la centrale depuis le 7 juin 2019, elle n’avait pas subi un tel souci technique jusqu’au point d’interrompre la fourniture du courant dans la ville.

« Nous sommes l’une des rares agences à l’intérieur du pays à avoir moins de problèmes en termes de desserte normale du courant domestique… Dans la nuit du jeudi à vendredi 22 octobre, à partir 23 heures, il y a eu une pluie accompagnée de tornade qui a foudroyé la moyenne tension. C’est le retour qui est venu jusqu’au centre thermique pour griller l’appareil régulateur de la   platine. C’est la raison pour laquelle la population n’a pas eu le courant hier. C’est une chose qui est survenu indépendamment de votre volonté. Ce qu’on peut dire à la population de Lola, c’est de reste sereine. Nous avons remonté l’information à Conakry afin de trouver une solution le plus rapidement que possible. Nous avons demandé la pièce à nos amis qui sont à Guéckédou. Celle-ci est attendue aujourd’hui ce samedi 23 octobre. Nous attendons la suite dans quelques jours pour que la population ait le courant. On ne peut rien faire sur le réseau actuellement. On est là pour satisfaire la clientèle et personne n’a intérêt dans la coupure d’électricité. Parlant de la partie endommagée, c’est le tableau d’affichage qui montre toutes les informations qui est grillé. Nous demandons à la population la retenue afin de trouver la solution. Celui qui connaît bien la Guinée, s’il y a une panne pareille, il faut du temps pour la réparer. C’est pourquoi, il faut deux groupes électrogènes à Lola. Il y a certes, la place de ce deuxième groupe qui est aménagée mais il n’est jamais venu. »

Lire l'article en entier