La Belgique alerte : « une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée »

il y a 1 mois 294
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

C’est le ministère belge des Affaires étrangères, du commerce extérieur et de la coopération au développement qui a donné l’alerte dans une note adressée aux Belges vivant en Guinée ou désireux de venir dans le pays. Se basant sur le contexte sécuritaire dans la sous-région, elle a fait savoir qu’une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée.

« Depuis début 2012, le Nord Mali – pays voisin de la Guinée – est sujet à une insécurité majeure chronique liée à la présence de groupes terroristes, de mouvements rebelles et à des actes de brigandages. Le Centre du pays est également de plus en plus affecté par les mouvements terroristes et les conflits intercommunautaires. Ces groupes sont responsables de plusieurs enlèvements d’Occidentaux au Mali, au Niger, au Burkina Faso et au Bénin au cours des dernières années et continuent à menacer les intérêts occidentaux dans la région.

De plus, les attentats perpétrés à Bamako, Ouagadougou et Grand Bassam ainsi que les coups de filets ayant conduit à l’arrestation de présumés djihadistes dans plusieurs pays de la région, y compris au Sénégal voisin, tendent à indiquer une expansion de la menace terroriste dans la sous-région. Une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée », a indiqué la diplomatie belge.

Par ailleurs, le Royaume de Belgique a interpellé ses citoyens sur les risques d’attaques et d’agressions en Guinée, les invitant à la vigilance. « Des vols à la tire, des agressions et des effractions à main armée se produisent régulièrement à Conakry. Plusieurs compatriotes ont été victimes d’effractions à domicile. Les véhicules peuvent également être ciblés, y compris avec conducteur et passagers à bord. Ces agressions / effractions tendent à être plus fréquentes la nuit tombée et dans les moyennes et lointaines banlieues. Mais aucun quartier n’est véritablement épargné. Les zones de marché (Madina, Niger, Taouyah,…) présentent un risque plus élevé.

En voiture, il est recommandé de circuler avec les portes verrouillées et les vitres remontées. Il est également conseillé de ne pas stationner dans les endroits peu éclairés ou peu fréquentés. Il est en général déconseillé de se déplacer la nuit dans les banlieues de Conakry. La nuit, des barrages policiers peuvent être installés à plusieurs endroits de la ville. Ces points de contrôle, généralement connus, peuvent aller de pair avec quelques altercations. Restez courtois. Des hommes en uniforme qui débarqueraient de manière impromptue doivent être appréhendés avec prudence. N’ouvrez pas les portes. Des barrages policiers peuvent également être installés à l’entrée et à la sortie des villes.

Il est fortement déconseillé de se déplacer la nuit en province. Le mauvais état des routes et des véhicules qui vous font face ainsi que le manque d’éclairage sont autant de facteurs de risque d’accidents. Des coupeurs de route sont régulièrement signalés sur différents axes routiers. Il vaut également mieux ne jamais voyager seul. Il est recommandé aux voyageurs d’être très prudents et de prendre les précautions suivantes : ne pas porter de bijoux ou d’autres objets de valeurs de manière ostentatoire, toujours disposer de ses papiers d’identité (copies) et des papiers du véhicule sur soi… », a dit le ministère belge des Affaires étrangères.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier