L’imam Elhadj Abdoulaye Baldé chez Cellou Dalein : « Dieu n’aime pas l’injustice ; et, il ne dort pas »

il y a 8 mois 218
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Hier, dimanche 17 octobre 2021, l’imam de Wanindara, Elhadj Abdoulaye Baldé (ancien détenu politique sous le régime d’Alpha Condé) et plusieurs membres de sa famille ont rendu une visite de courtoisie au président de l’UFDG. Le chef religieux était allé remercier Cellou Dalein Diallo et son parti pour le soutien qu’ils lui ont apporté pendant son séjour carcéral à la maison centrale de Conakry, a appris un journaliste de Guineematin.com qui était à Dixinn.

Ils étaient des centaines d’hommes et de femmes originaires de la préfecture de Télimélé et d’autres préfectures de la Guinée à s’être rendus ce dimanche au domicile de Cellou Dalein Diallo à Dixinn. Ils étaient allés accompagner Elhadj Abdoulaye Baldé venu réitérer son soutien à l’UFDG et à son président. La rencontre s’est tenue en présence de Hadja Halimatou Diallo (épouse du président de l’UFDG), de Hadja Mariama Bah (épouse de feu Bâ Mamadou), de l’ancien député Alpha Ousmane Diallo et de plusieurs autres responsables de l’UFDG. Et, dans son allocution de circonstance, Elhadj Abdoulaye a exprimé sa gratitude à Cellou Dalein Diallo pour toutes les actions de solidarité en faveur des détenus politiques et leurs familles sous le régime dictatorial d’Alpha Condé (l’ancien chef de l’Etat guinéen).

Elhadj Abdoulaye Baldé, imam de Wanindra

« Monsieur le président, c’est le lieu de vous remercier pour votre soutien à tous les détenus politiques. Vous nous avez soutenus et vous avez soutenu nos familles. C’est le moment de vous remercier et de remercier toute  la population de notre quartier, Wanindara. Nous remercions Dieu de nous avoir débarrassé de ces personnes qui nous ont causés du tort et nous ont fait du mal. Dieu n’aime pas l’injustice ; et, comme on le dit, il ne dort pas aussi. C’est pourquoi, il nous a libérés et mis nos ennemis à notre place », a dit Elhadj Abdoulaye Baldé.

A la suite de l’imam de Wanindara, plusieurs femmes sont revenues sur les abus dont les populations de Wanindara (dans la commune de Ratoma) ont été victimes durant la crise post-électorale de la part des forces de l’ordre. Parmi ces abus, elles ont notamment cité les violations des domiciles, les bastonnades, les destructions et vols de biens et les nombreuses arrestations arbitraires des citoyens.

En réponse, le président de l’UFDG a remercié la forte délégation qui a accompagné l’imam de Wanindara. Cellou Dalein Diallo a ensuite rappelé les objectifs de son parti. 

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

« Nous vous saluons pour votre déplacement massif. Déjà, il faut le dire, parmi les fédérations de l’UFDG, celle de Wanindara est la sentinelle. Nous savons votre détermination et votre sens de responsabilité dans le combat que nous menons. Alors, si nous avons pu résister pendant toute cette période difficile, c’est grâce à vous, grâce aux populations de Wanindara. On était arrivé à un moment où certains ont dit : président, il faut accepter de négocier. Mais, je me suis toujours dit que si je le fais, qu’est ce que je vais dire à Wanindara, à ces personnes qui ont eu confiance en  moi. Voilà pourquoi je n’ai pas accepté. Je ne peux pas soutenir le faux. On a tout vu et tout subi avec Alpha Condé : des tueries, des destructions de biens, des humiliations, des arrestations et d’emprisonnement… Mais, nous avons résisté. Alors, notre objectif c’est de défendre la vérité, cultiver l’égalité de droit et de chance entre les Guinéens et surtout la réconciliation des populations. Parce qu’on nous a divisés. Nous nous allons réconcilier les Guinéens et travailler pour l’intérêt de tous », a déclaré Cellou Dalein Diallo.

Il importe de noter que parmi les membres de la délégation, il y avait d’autres anciens détenus politiques et des représentants des jeunes de l’axe. Et, la rencontre a été clôturée par des prières et bénédictions.

Originaire de la commune urbaine de Télimélé, Elhadj Abdoulaye Baldé (qui est imam dans les mosquées de Wanindra, Dabondy et Madina) a été arrêté chez lui à 2 heures du matin le 28 octobre 2020 et détenu à la maison centrale de Conakry sans jugement. Comme les centaines d’autres prisonniers du régime Alpha Condé, il n’a pu humer l’air libre que deux jours après le coup de force du Colonel Mamadi Doumbouya, qui a mis fin au très contesté troisième mandat d’Alpha Condé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier