Kindia : 2 corps sans vie retrouvés dans les quartiers Abattoir3 et Koliady1

il y a 5 mois 363
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Dans la journée d’aujourd’hui, mercredi 11 août 2021, deux découvertes macabres ont été enregistrées dans deux quartiers de la commune urbaine de Kindia. Le premier corps a été retrouvé à Abattoir 3 et le second a été découvert à Koliady 1.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, le corps découvert à Abattoir3 a été identifié comme étant celui de Mariam Ciré Sylla, une femme âgée d’une vingtaine d’années et mère d’un enfant dont le corps a été trouvé suspendu à un arbre dans la cour de leur logement aux environs de 2 heures du matin. C’est en tout cas la version de son mari, Mohamed Keïta.

Mohamed Kéita, mari de la défunte

« Je suis venu aux environs de 23 heures. Mon petit m’a aidé a faire rentrer la moto, elle (Mariam Ciré) s’est levée, j’ai échangé avec elle. Et puis, elle est rentrée dans la chambre des enfants où se trouve le congélateur, elle a pris la canette d’eau et elle a bu a vive allure. Je lui ai demandé aujourd’hui comment elle boit, comme ce n’est pas son habitude. Elle ne m’a pas répondu ; elle a alors déposé la canette et a pris la bouilloire pour la douche… C’est quand je me suis levé dans mon sommeil vers 2 heures que j’ai remarqué son absence. Je suis donc sorti au niveau des escaliers, à la descente, je l’ai aperçue suspendue sur un arbre dans notre cour. J’ai crié au secours, les cohabitants sont sortis », a expliqué Mohamed Keïta, époux de la victime.

Seulement, à en croire le père de la défunte, ce sont les interminables querelles avec Mohamed Keïta qui ont poussé sa fille, Mariam Ciré Sylla à se pendre.

« Monsieur Keïta a épousé ma fille en 2019. Mais, depuis lors, ils ne s’attendent pas en amoureux. Selon ma fille (Mariam Ciré Sylla), son mari sort avec une maîtresse. Et, chaque fois, la maîtresse de son mari l’attaque au marché. Une fois même, je me souviens, elle a pris la dame en question dernière la moto de son mari ; et, ce jour-là, son mari l’a maltraitée à cause de sa copine. L’enfant même a été blessé dans cette altercation. Mais, pour ce problème, le commissariat et la gendarmerie ont tranché plusieurs fois ; mais, l’homme est toujours resté avec sa copine. Je sais que monsieur Keïta n’aimait pas ma fille ; mais, je ne pensais pas qu’elle allait se pendre pour ça », a dit Aboubacar Demba Sylla.

Le deuxième corps a été découvert à Koliady1. Celui-ci a été identifié comme celui de Abdourahamane Bah, un jeune commerçant âgé de 23 ans. Il a été retrouvé couché derrière une cour.

« C’est lorsque je suis rentré, je me suis lavé, que j’ai été informé qu’Abdourahime est mort à Koliady1. Je me suis habillé directement pour être sur les lieux et nous avons trouvé le corps là où il a été tué, ils sont venus le déposé  ici. C’est un résident au quartier Cacia2. Mais, il est mort à Koliady1. C’est un cas de meurtre, je sais qui sont les commendataires, mais c’est un crime. Le jeune est célibataire sans enfant, il a 23 ans. Les services de sécurité doivent bien enquêtés sur le cas. Et nous contons sur la justice pour traquer ses tueurs», Karamoko Alpha Bah parent de la victime.

De son côté, Dr Mory Kaba, médecin légiste à l’hôpital régional de Kindia, parle d’une « mort violente » pour ce qui est du décès de ce jeune.

Dr Mory Kaba, médecin légiste à l’hôpital régional de Kindia

« Le procureur a ordonné la levée du corps afin que l’expertise soit effectuée à l’hôpital régional au niveau de la morgue. Après nos examens, nous avons trouvé que c’était un corps sans vie qui était couvert du drap. Il portait un pantalon gris, une chemise noire et une culotte noire. Nous avons enlevé les trois. Nous avons examiné physiquement le corps, nous avons trouvé multiples plaies superficielles. Au niveau de la bouche, il y avait des traces de sang. Au niveau des membres supérieurs de l’avant bras gauche, nous avons trouvé qu’il y avait des plaies contiguës. Et, au niveau de l’épaule gauche, il y avait aussi des égratignures… Au niveau du cou on a vu qu’il y avait des plaies superficielles. Les examens des autres appareils n’ont pas montré de particularités visibles. Donc, ce qui nous a amené à poser un diagnostic. C’est probablement une mort par violente », a conclu Dr Mory Kaba.

De Kindia, Mohammed M’bemba Condé et Amadou Baïlo Diallo

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier