Guinée: Baadiko dénonce un CNT né “ d’un accouchement difficile, désiré et contrôlé par un pouvoir militaire ”

il y a 4 mois 327
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

De l’avis de Mamadou Baadiko Bah, la publication de la liste des 81 conseillers nationaux près de cinq mois après la prise du pouvoir est une demie surprise.

D’abord le président du parti UFD, relève que les candidatures proposées par sa formation politique n’ont été prises en compte dans la liste publiée. A ce niveau, Baadiko Bah s’en prend à sa coalition d’origine, la CORED dont le président Mamadou Sylla n’aurait pas fait les choses dans la transparence.

Enfin, le leader politique ne se fait pas d’illusions, “ ce CNT est né d’un accouchement difficile, désiré et sera contrôlé par la junte militaire au pouvoir”.

Ci-dessous sa réaction telle que transmise à la rédaction de mosaiqueguinee.com :

Hier nuit, à un moment où tout le monde ou presque dormait, on a enfin eu la composition du CNT! Cette liste est une demie-surprise: pour les partis politiques, le CNRD a retenu les candidatures envoyées par les coalitions. Impossible donc d’expliquer pourquoi avoir attendu 2 mois après la date limite de dépôt des candidatures, pour sortir cette liste. Les mauvais esprits diront : c’est simplement pour tirer un peu plus sur la durée de la transition. A l’UFD, nous avions deux candidatures de valeur, au choix : nos camarades Abdulay Saala BAH et Bangali ULARE. Aucune n’a été retenue. Et pourtant, nous étions bien dans le CNT précédent de 2010. Avec notre ami, Abdulay Juntu Jallo, nous avions modestement contribué à l’élaboration de tous ces textes unanimement salués à l’époque par tous.

Mais cette fois-ci, les choses se sont passées autrement. Et la dessus, soyons justes : le CNRD n’a absolument rien à se reprocher dans le choix fait par les coalitions politiques, les problèmes sont ailleurs. Il s’est contenté de valider les listes reçues. Pour ce qui nous concerne le problème se situe au niveau de notre coalition, la CORED dont nous sommes membre fondateur. Plutôt que de définir des critères de choix objectifs des partis pouvant envoyer des gens au CNT, tout s’est passé autrement. Le président de la CORED, seul à connaître les règles du jeu et maître de tout, a fait le choix de désigner une commission-bidon pour inscrire les noms de ceux qui lui sont proches, pour des raisons ou d’autres. Sa décision était tellement contestable et non transparente, que jamais cette fameuse commission n’a osé publier la liste arrêtée, tant les choix auraient été indéfendables, objectivement, à tous points de vue. Il a agi ainsi, contrairement aux autres coalitions qui ont eu le courage quant à elles de publier en toute transparence leur liste. Voilà les faits. Nous avons toujours été prêts à travailler, main dans la main avec les patriotes et démocrates guinéens sincères et honnêtes. Mais nous n’avons jamais été courtisans de qui que ce soit et ne le serons jamais, quoi qu’il arrive.

Malgré tout, nous restons dans la logique de la transition qui devra bien se terminer un jour par des élections libres, honnêtes et équitables, permettant au peuple de Guinée de choisir valablement ses représentants. Acteurs politiques sur le terrain depuis 1991, nous avons continuellement pris part au débat politique guinéen et à la lutte pour l’instauration et la défense de la démocratie. Nous avons participé aux présidentielles de 2010, aux législatives 2013 et 2020 avec un siège obtenu et aux communales de 2018, avec des élus communaux. Pas de véritable surprise donc, car c’est la même tentative de nous marginaliser et même de nous exclure alors que nous vivons depuis 1991. Mais que chacun se rassure, ces tentatives ont échoué et échoueront toujours. La souveraineté appartient au peuple.

Sur le fond et contrairement à 2010, au bout d’un accouchement plutôt difficile, d’un rejeton qu’on devrait plutôt appeler »Désiré », ce CNT est entièrement contrôlé par le pouvoir militaire. Nous suivrons l’évolution de ses travaux et ne manquerons pas de donner notre opinion, comme toujours, sur ce qui en sortira, selon notre principe, ‘’ Vaincre ou témoigner”.

Notre peuple durement éprouvé depuis 63 ans par un système dictatorial, corrompu et à base ethniciste, incapable de faire progresser la Guinée, connait quels sont ceux qui défendent le mieux, avec constance ses intérêts et aspirations à la démocratie, à la justice sociale, à l’unité et au progrès. La lutte continue donc.

Conakry le 23 janvier 2022

Pour le Bureau Exécutif de l’UFD,

le Président Mamadu Baadiko BAH

Lire l'article en entier