Fin de la phase allée de la L1 Guicopres : Lucien Beindou dresse un bilan à mi-parcours et évoque les perspectives

il y a 4 jours 76
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Au terme de la phase allée de la ligue 1 Guicopres du championnat guinéen de football, le président de la Ligue guinéenne de football professionnel (LGFP), s’est réjoui du déroulement de la phase allée de cette compétition qui met en opposition les clubs d’élite du football local de ce pays francophone.

Dans sa communication, Lucien Beindou Guilao, a évoqué plusieurs autres aspects qui ont marqué cette compétition qui a débuté dans des conditions un peu difficile.

Ci-dessous l’intégralité de cette interview réalisée ce mardi 24 janvier 2023, par Mosaiqueguinee.com.

Quel bilan tirez-vous de la phase allée du championnat ?

Sur une note de 10, je me donne 8. Donc, suis satisfait bien qu’on peut faire mieux. La ligue est satisfaite, le ballon a bien roulé, il n’y a pas eu de difficultés majeures, les matchs se sont déroulées correctement sauf à quelques endroits.

Il y a eu 7 cartons rouges sur l’ensemble des matchs des phases allées et 21 cartons jaunes.

Que pensez-vous du manque d’attractivité dans les stades ?

A ce niveau il va pas falloir faire mieux et faire en sorte que le public vienne, bien que ce n’est pas facile en ce moment mais nous allons essayer de rendre la Ligue 1 plus attractive qu’elle ne l’est aujourd’hui. Mais à l’intérieur du pays la fréquentation des stades lors des matchs est effective à Kankan et Boké par exemple, on a vu le match Horoya – Hafia aussi au stade du 28 septembre, c’était pas mal. Ce qu’il faut savoir aussi, les joueurs sont des artistes et le spectateur vient pour voir un spectacle maintenant il faudrait qu’il y ait toute la garantie qu’il faut pour que le public ait envie de venir.

Que dire de l’aspect sécuritaire?

A ce niveau je vais déplorer les cas d’insécurité lorsque l’AS Kaloum joue à la Mission, à Kankan lorsque le Milo FC joue et à Kamsar lorsque les équipes de Boké jouent. Maintenant on est en train de faire ce qu’il faut pour que les procédures soient respectées en sensibilisant les clubs. Nous allons aussi sanctionner parce que quand on ne sanctionne pas ce n’est pas bon et les gens penseront qu’ils sont permis de faire ce qu’ils ont en train de faire.

Qu’en est-il de la retransmission du championnat à la télévision ?

A ce niveau ce sont les clauses contractuelles qui n’ont pas marché. La Ligue 1 est un produit et nous souhaitons que les médias payent ne serait-ce qu’un franc symbolique pour retransmettre ce produit qu’on met à la disposition du public. Maintenant, qu’à cela tienne nous allons essayer de faire en sorte que les matchs de la seconde phase soient retransmis à la télévision, nous nous y attelons. On va rencontrer les médias qui n’ont pas pu le faire et nous allons essayer de mettre un peu d’eau dans notre vin et de ne pas trop miser sur certains aspects commerciaux.

Peut-on espérer que certains matchs se jouent en début de soirée ?

Pour l’instant, on ne maitrise pas trop l’énergie et même si on la maitrisait, elle est couteuse et vous savez qu’en ce moment nous sommes une fédération sous perfusion c’est-à-dire qu’on ne reçoit les subventions de la CAF et de FIFA comme une fédération normale. Donc on ne reçoit presque rien pour l’instant et donc il faut faire attention avec le peu d’argent que nous avons, on verra s’il y aura progressivement des matchs nocturnes en ligue 1 et 2.

Un mot sur le niveau du football local guinéen ?

Le niveau est assez faible, il y a 3 à 4 clubs qui essaient de faire monter le niveau vers haut et nous nous attelons à faire en sorte que ce niveau s’apprécie d’année en année. On ne peut pas avoir un championnat de niveau élevé quand on ne joue que 28 matchs, ce n’est pas possible, c’est bien pour cela la LGFP a, depuis quelques années réfléchi à introduire une compétition additionnelle qui est la coupe de la Ligue qui permet aux clubs de jouer de plus en plus de matchs pour rendre les joueurs plus performant et élever le niveau de jeu de saison en saison.

Al Hassan Djigué

Lire l'article en entier