Épreuves théoriques, examens de sortie: « le Président de la République, son combat, c’est pour l’employabilité de la jeunesse »(Ministre)

il y a 1 semaine 174
CONTACTEZ info@lekaloum.com

Après deux semaines de séances pratiques, les candidats à l’examen de sortie au compte de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle ont démarré ce jeudi, la deuxième phase des évaluations de fin de cycle, consacrées aux examens théoriques.

Pour cette année, ils sont 22811 candidats qui seront évalués dans 124 filières sur toute l’étendue du territoire national.

A l’école nationale de secrétariat d’administration et de commerce, c’est madame la Ministre de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Emploi qui a lancé les épreuves, mais bien avant elle s’est adressé aux candidats :

‘’Cette année c’est encore la tolérance zéro. On vous invite à observer la discipline et être très concentrés sur les sujets. On espère que le marché de l’emploi vous reçoit à bras ouvert et qu’à votre tour vous ayez les compétences acquises pour pouvoir affronter ce marché de l’emploi”, a-t-elle dit d’entrée avant d’ajouter.

« C’est vrai, nous avons commencé cette année par les examens pratiques puisque vous avez constaté sur le terrain, c’est dû qu’on ne peut pas être dans l’approche par compétence et se focaliser sur les examens théoriques. Il faut que les apprenants montrent ce qu’ils peuvent faire sur le terrain pour qu’on puisse comprendre s’ils sont bien outillés pour affronter le marché de l’emploi. Donc c’est ce qui a amené le ministère à faire de nouvelles réflexions pour pouvoir trouver une solution adéquate pour que ceux qui sortiront cette année soient vraiment des apprenants compétitifs sur le marché national et pourquoi pas sur le marché international », explique Zenab Dramé.

Selon la ministre de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, toutes les dispositions sont prises pour le succès de cette évaluation. Déjà elle se félicite du sérieux qui a caractérisé les examens pratiques, fruits des réformes engagées par son département : « Dans nos examens pratiques, il y a eu vraiment une discipline remarquable et vous avez vu les produits que nos apprenants ont eu à faire dans ces examens pratiques qui ne sont plus des pièces poubelles, c’est des pièces qu’on utilise, qui profitent aux centres, qui profitent à la localité, ce qui est vraiment une première dans le système de l’enseignement technique. On ne fait plus de pièces poubelles, ce qui veux dire que l’État ne perd plus de fonds en ce qui concerne les examens pratiques. Avant on faisait des examens pratiques bien-sûr mais c’était des pièces poubelles, c’est-à-dire des choses qu’on ne peut pas réutiliser, alors que cette année nous avons orienté les apprenants sur les chantiers », a-t-elle ajouté.

Pour la réussite de l’examen avec le slogan tolérance zéro, les délégués et les surveillants ne sont pas en marge de la rigueur.

« Les délégués et les surveillants ont reçu des consignes fermes en ce qui concerne la rigueur et sur le principe de l’APC qui nous oblige à être plus rigoureux sur les examens et jamais accorder de tolérance aux apprenants dans toutes les filières confondues. Donc ils ont vraiment été briffés là-dessus et toutes les mesures aussi sont prises pour pouvoir aussi contrôler aussi les délégués qui sont dans les centres », a fait savoir la ministre de l’Enseignement Technique avant de conclure en ces termes : « nous remercions vivement le Président de la République qui a donné tout son soutien en ce qui concerne les examens pour que les apprenants aient les compétences acquises pour pouvoir affronter le marché de l’emploi, parce que vous le savez le Président de la République son combat c’est pour la jeunesse, c’est pour l’employabilité de la jeunesse et c’est dans cette politique que le Ministère de l’Enseignement Technique se lance pour pouvoir relever ce défi avec tous les cadres qui sont au tour de moi y compris ceux qui sont au niveau déconcentré», a lancé Zenab Dramé.

Lire l'article en entier