En un temps record, la société AGB2A fait un bond de géant dans le secteur minier guinéen

il y a 1 semaine 15
CONTACTEZ info@lekaloum.com

Alliance Guinéenne de Bauxite, d’Alumine et d’Aluminium  (AGB2A) est une société minière établie à Boffa, dans la région administrative de Boké. Dans ce consortium qui évolue à Boffa, dans la commune rurale de Tamita et à Fria, dans la commune rurale de Tormèlin, les Guinéens sont majoritaires.

C’est l’une des sociétés à majorité guinéenne qui travaille en commun accord avec la communauté et qui, depuis son implantation en 2018, n’a enregistré aucun problème avec celle-ci. A date, AGB2A emploie 655 travailleurs, dont 84% issus de la localité outre les autres techniciens qui viennent d’ailleurs. 

Au sein des communautés où elle opère, la société a mené plusieurs actions communautaires se matérialisant par la réalisation des forages dans beaucoup de districts, notamment dans les localités de Soumbouyadi, de Ganganta, de Dotoret, de Dar-es-salam, de Dondéya, de Madina et de Boussouran.

Ayant trouvé certaines localités des forages réalisés par l’Etat guinéen, mais qui n’étaient pas opérationnels, AGB2A s’est évertuée à réhabiliter ces forages à la suite d’une sollicitation émise par les communautés. Ces forages-là ont été réhabilités précisément à Soumbouyadi, à Dotoret, à Yessouloun et à Gbassaya, et sont tous opérationnels aujourd’hui. 

« Sur le plan éducationnel, nous avons trouvé des écoles construites au niveau de ces districts, mais qui n’étaient pas opérationnelles ; faute d’enseignants. Donc, la société AGB2A, a recruté, en accord avec la Direction préfectorale de l’Éducation de Boffa, dix enseignants que nous payons régulièrement depuis l’année dernière. Et à travers cet effort, cette année, nous avons réalisé un taux d’admission de près de 40% au niveau de l’examen d’entrée en 7e année. Chose qui est appréciée par la communauté, mais aussi par la Direction préfectorale de l’Éducation de Boffa », confie le Directeur des Relations publiques et communautaire.

Poursuivant, Dr Aboubacar Thiam a égrené la liste d’autres réalisations, notamment la réalisation d’une morgue pour la localité de Soumbouyadi et des toilettes publiques. 

« Également, nous sommes en train de former les femmes en associations pour leur autonomisation en vue de leur prise en charge sur le plan économique. Ce projet est en train de se réaliser. Nous avons commencé par Dotoret où les femmes sont déjà regroupées en associations formées. Nous en avons fait autant à Soumbouyadi.  Et les prochains jours, nous allons partir dans d’autres districts impactés : Ganganta, Gbassaya et Kaléma », a-t-il énuméré. 

Au moment de son implantation dans ces zones, la société AGB2A déclare avoir trouvé une population quasiment analphabète composée essentiellement d’agriculteurs, de pêcheurs et d’autres n’ayant aucune qualification dans un métier donné. Et c’est alors que l’entreprise a essayé de prendre certains éléments de la communauté pour leur apprendre des métiers, comme la conduite des engins, des véhicules légers. 

« Aujourd’hui, ces éléments, en grande partie, sont recrutés et employés par notre société. Ce sont ces quelques actions communautaires que nous avons en faveur de la communauté de Boffa, notamment celle de Tamita », s’est félicité le Directeur des Relations publiques et communautaire.

Des actions sommes toutes salutaires qui enchantent le président du district de Soumbouyadi. De vive voix, Elhadj Aboubacar Sylla salue l’arrivée de l’entreprise AGB2A dans sa sphère administrative, avant d’exposer sur l’investissement de celle-ci en faveur des communautés. 

Dans le même ordre d’idées, M. Ibrahima Sory Bangoura, issu de la communauté de Soumbouyadi a soutenu que cette société a apporté plein de mutations au sein de la communauté de Soumbouyadi. 

« Tout ce que nous leur demandons, dans la mesure du possible, ils nous l’assurent. Mais il y a un adage de chez nous qui dit qu’au lieu de donner quotidiennement du poisson à quelqu’un, il est préférable de lui apprendre à pêcher. C’est pourquoi nous formulons la doléance auprès de la société AGB2A de s’employer à apprendre les métiers à nos enfants afin qu’ils deviennent des ouvriers de demain », a-t-il émis.

AGB2A, une société respectueuse des normes environnementales

Respectueuse des normes environnementales, la Direction Générale de AGB2A a pris des engagements pour se conformer aux exigences légales de la Guinée, mais aussi à des conventions onusiennes, telle que la Convention 176 qui est spécifique aux mines. 

Pour ce faire, elle a fait une politique santé-sécurité de laquelle découlent des programmes qui tiennent compte de la sécurité des personnes, de l’environnement et aussi des biens de l’entreprise elle-même. Pour cela, la société a initié des programmes de formation pour le personnel, notamment des programmes de checking et de contrôle pour les engins desquels peuvent découler des incidents et et des problèmes de contrôle liés aux engins, tels que les grues et les camions.

« Sur le plan environnemental, nous avons des programmes d’évaluation, mais aussi de mesure pour limiter les impacts, tels des mesures pour évaluer les émissions de poussière, mais aussi la gestion des déchets. Également, nous avons un programme de collecte, de stockage et d’élimination des déchets, ainsi que des huiles usées que nos camions produisent », énumère le Superviseur Santé-sécurité de AGB2A, Abdoulaye Banoro.

« Pour le personnel, poursuit-il, nous avons initié des programmes de formation à l’évaluation et à la gestion des risques pour minimiser le taux d’accident sur notre site. Et depuis que nous avons commencé il y a environ deux ans, nous avons enregistré des incidents (trente incidents, dont dix majeurs ayant nécessité des arrêts de travail). Mais pas d’accident avec fatalité ». 

S’agissant de l’émission des poussières, M. Banoro indique que la société a trouvé des prestataires qui ont des citernes pour arroser les différentes routes. Sauf qu’en cette période hivernale, le besoin d’arrosage est minime. 

Et pour cet arrosage, comme AGB2A utilise les eaux des rivières avec les communautés, ces eaux sont monitorées. Ce qui fait que la société maîtrise parfaitement la quantité prélevée chaque fois pour l’arrosage, pour ne pas abuser des eaux et soumettre les populations à un manque d’eau.

Pour le reboisement, l’entreprise a un plan de gestion. Celle-ci consiste au reboisement plutôt des carrières d’emprunt qu’elle a utilisées pour faire les routes. Une opération qui est programmée pour 2022. 

« En hiver 2022, on a des programmes de reboisement pour lesquels on a choisi des essences qui sont en train d’être expérimentées au niveau de notre jardin botanique, à Kokaya où les chinois apprennent aux locaux comment développer des espèces, des essences locales qui étaient là au début des études d’impact », assure Abdoulaye Banoro, Superviseur Santé-sécurité de AGB2A.

Sur le port minéralier de Kokaya 

A Kokaya, situé à 15 kilomètres de la mine pilote, AGB2A s’est doté d’un port minéralier avec un quai de 90 mètres linéaires, deux convoyeurs et deux aires de stockage. Selon le Responsable des Opérations portuaires AGB2A, la première aire de stockage à une capacité de 350 000 tonnes et la deuxième a une capacité de 175 000 tonnes.  

« Ces aires de stockage sont extensibles. Le quai nous accueille également est extensible de 270 mètres linéaires. Et chaque convoyeur a une capacité de chargement de 1 500 tonnes/heure », explique M. Facinet Soumah.

En période d’étiage, le port minéralier de Kokaya a une profondeur de 6 mètres 50 et en haute marée, il a une profondeur de 11 mètres. Une profondeur qui convient nettement à AGB2A, en ce sens que les barques qu’elle affrète n’ont besoin que de 4 mètres 50 de profondeur. 

L’ingénieur Génie civil Ousmane Doumbouya est le Responsable des Infrastructures chez AGB2A. Parlant justement de l’implantation de sa société, il a rappelé que celle-ci a commencé par la réalisation des infrastructures principales permettant de faire fonctionner la mine, à savoir : le port minéralier et une route minière de 15 kilomètres pour joindre la mine pilote. 

« Puis, nous avons construit une base-vie de 34 chambres, qui doit abriter les partenaires, mais aussi les travailleurs locaux, des bureaux,  un restaurant et un bloc de maintenance. Aussi, nous avons construit un bâtiment pour un impacté physique. Et au niveau de la route nationale, on veut faire un pont qui surplombera la nationale. Ceci dit, aujourd’hui, nous sommes en train de régulariser la flotte à travers des vigiles. A terme, ces vigiles vont quitter. Et on va utiliser le pont », annoncé l’ingénieur Doumbouya. 

A noter que depuis le début de l’exploitation il y a environ un an, AGB2A a expédié plus de 1 000 000 tonnes de bauxite. 

Ahmadou Bah

Lire l'article en entier