Durée de la transition : pourquoi des personnes malintentionnées s’agitent-elles ?

il y a 1 mois 40
CONTACTEZ info@lekaloum.com
Mandian Sidibé, ancien DG de la radio Planète FM

Le Colonel Mamadi Doumbouya va lentement ; mais, sûrement : N’en déplaisent aux ennemis du peuple ! 

La transition ne sera pas bâclée

Par Mandian Sidibé : Au lendemain de la prise du pouvoir par le Comité National du Rassemblement pour le Développement, une seule question était sur toutes les lèvres : la transition durera combien de temps ?

Certains experts en calcul du temps se sont même évertués, de façon fantaisiste, à énoncer des délais allant de 12 à 24 mois. Mais le chantier est tellement immense, urgent et important que le premier réflexe du Colonel Mamadi Doumbouya ne consiste guère à prendre des décisions hâtives, unilatérales et autocratiques, d’autant plus que le vaillant libérateur du Peuple de Guinée est et sera toujours à l’écoute des forces vives de la Nation Guinéenne. 

Si la Guinée rêve de mettre en place des institutions fortes à la place d’hommes forts, il faut être minutieux et exigeant sur chaque étape, chaque secteur et chacun des actes à poser durant cette transition. Le CNRD aurait pu, s’il le voulait, céder le pouvoir aussi rapidement qu’il l’a pris, en organisant une nouvelle présidentielle. Mais, il aurait été complice d’une chose : la mise en place d’un nouvel homme fort qui taillerait toutes les Lois sur mesure pour asseoir une nouvelle dictature. Et c’est pour éviter de retomber dans les erreurs du passé que les choses se feront méthodiquement. La mise en place d’un gouvernement et d’un CNT consensuel répondra à cette exigence de bien faire les choses. 

Ensuite, il reviendra à ces structures de travailler en synergie d’actions avec l’ensemble des forces vives de la Nation pour fixer la durée de la transition. Il faut éviter de mettre la charrue avant les bœufs et prendre le temps de faire un travail sérieux et fiable en amont. 

La présidentielle, dans l’ordre établi des choses, doit être la dernière échéance du calendrier électoral global, après les communales et les législatives. Mais avant, le Conseil National de la Transition qui va être mis en place dans les prochains jours, doit d’abord travailler sur le toilettage de la Constitution et proposer un texte qui coupe court à toute nouvelle dictature. 

Le temps est important, certes. Mais prenons soin de bien faire les choses sans pression ni précipitation. Ceux qui, à présent, s’agitent pour la fixation de la durée de la Transition n’étaient-ils pas résignés à accepter les six ans du fameux troisième mandat d’Alpha avant de se remettre en scelle ? La transition ne sera pas bâclée ! Qu’on se le tienne pour dit. 

Ceux qui tiennent des réunions secrètes à l’hôtel Millenium sont démasqués. 

Nous y reviendrons…

Mandian SIDIBE 

Journaliste, Ancien Directeur Général de « Planète FM »

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier