Dialogue : « chacun doit avoir à l’esprit qu’il faut sauver la Guinée ; il faut mettre de côté les égos » (K. Komara)

il y a 1 mois 107
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

A l’occasion de son passage hier jeudi dans le journal de l’Afrique de France 24, l’ancien premier ministre, Kabiné Komara est revenu sur la transition malienne et surtout celle en cours dans son pays, la République de Guinée.

S’exprimant ainsi sur la rencontre qu’a eue cette semaine le premier ministre avec les forces vives de la nation, Kabiné Komara a affirmé qu’il en était« assez satisfait de voir que tout le monde ait répondu à l’appel du premier ministre »même si certains, estime-t-il, ont posé« assez de conditions ».

Poursuivant, l’invité du journal Afrique de France 24 a invité les acteurs impliqués dans la transition guinéenne, à savoir raison gardée et de mettre de côté, leurs égos.

« Il est essentiel que les guinéens sachent raison gardée, la communauté internationale est fatiguée de nous ; elle s’est tellement désespérée de nous qu’il faut que ce nouveau départ soit le dernier pour qu’il n’y ait plus une transition en Guinée. Pour cela, il faut que chacun mette le pays au-dessus de tout. J’appelle à chacun à travers cette phrase de Hampâté Bah, il y a votre vérité, il y a ma vérité et il y a la vérité qui est entre nous deux ; il faut faire preuve de flexibilité pour arriver à une entente », a-t-il lancé.

Au sujet du retrait annoncé de certains acteurs du processus de dialogue à l’initiative du premier ministre Mohamed Béavogui, Kabiné Komara a affirmé qu’il« est rare qu’un dialogue démarre entièrement sur une entente et qu’il continue sur la durée ».

Cependant, il peut y avoir des accords, pour soulager toutes les parties.

« Je crois que cette fois, la bonne foi doit prévaloir. Chacun doit avoir à l’esprit qu’il faut sauver la Guinée. Sauver la Guinée suppose qu’il faut mettre de côté vos égos, que ce soit le pouvoir, la société civile ou les acteurs politiques. Je crois que la population guinéenne a besoin d’une certaine accalmie, qu’il n’y ait pas d’émoi », a-t-il lancé.

MohamedNana Bangoura

Lire l'article en entier