Délestages à Conakry: le DG de l’Edg donne les raisons et fait des révélations sur l’état des centrales

il y a 1 mois 117
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Ce mercredi 18 mai, le Directeur général de l’Electricité De Guinée (EDG) face à la presse pour parler des délestages devenus de plus en plus fréquents dans les ménages tant à Conakry que dans ses environs. Il était accompagné de plusieurs techniciens de la compagnie dont ses deux adjoints.

Dès l’entame de son intervention, le DG de l’EDG, Laye Sékou Camara tentera de rappeler l’accroissement substantiel des investissements publics dans la production de l‘énergie afin de résorber l’énorme déficit dans le secteur. Des investissements qui se sont traduits par la construction de barrages hydroélectriques.

«Après la construction des centrales Kaléta et Souapiti, nous avons eu une augmentation de 690 mégawatts sur notre réseau de production», a ainsi rappelé le DG de l’EDG tout en mettant l’accent sur les trois segments clés dans le secteur énergétique. A savoir, la production, le transport et la distribution.

Revenant à la problématique des délestages électriques, Laye Sékou Camara a présenté la situation peu reluisante dans laquelle son équipe a pris fonction.

« Nous sommes arrivés à la tête de l’EDG depuis le 17 mars 2022. La première des choses, a été de faire l‘état des lieux de ce qu’on a trouvé sur place. Après avoir échangé avec l’ensemble des directeurs, nous avons compris que l’essentiel de nos éléments de production, c’est-à-dire, les centrales qui appartiennent à EDG n’étaient pas dans un état leur permettant de produire suffisamment. Ils étaient tous à 30% de leurs états techniques. Cela veut dire qu’aucune de ces centrales n’est capable de produire sa capacité, elles sont limitées à 30%» a-t-il décrit le tableau à leur prise de fonction.

 S’agissant du réseau de distribution, le DG de l’EDG a déploré le fait qu‘il n‘y avait pas eu pratiquement pendant deux ans de suivi d’entretien ou de maintenance. Elle était, a-t-il dénoncé, dans un état dérisoire.

Sur les raisons des coupures intempestives de ces derniers jours, Laye Sékou Camara a invoqué des entretiens en cours des équipements.

«Nous sommes en mois de mai. C’est-à-dire, l’entrée de la saison des pluies qui amène des grandes perturbations à travers les tornades. Tenez-vous bien, au mois de septembre aussi, on risque d’avoir la même situation parce que, c’est la sortie et il va y avoir beaucoup d’orages…  A Kissosso, ils ont mis un nouveau poste pour décharger un peu Matoto. A Sonfonia-Casse, nous sommes en pleine construction d’un nouveau poste qui va nous permettre aussi de prendre charge toute la grande banlieue notamment le quartier Kagbélén. C’est la même chose pour Sanoyah qui va décharger Coyah, Forécariah, Maférinya. Aujourd’hui, on est en train de mettre un accent sur la maintenance des équipements (…). D’où la nécessité impérieuse d‘apprêter les équipements pour qu’ils puissent répondre à la demande. C’est pourquoi actuellement, les équipes de la distribution travaillent essentiellement sur la maintenance… Dans certains quartiers, vous constatez des coupures de 8 heures du matin jusqu’au soir pour pouvoir travailler. Nous venons de faire quatre jours à Hamdallaye dans le cadre de la maintenance. C’est pourquoi il y a eu beaucoup de coupures dans ce quartier ces jours-ci. A cela, il y a beaucoup de câbles souterrains qui sont aujourd’hui endommagés par les travaux routiers. Par ailleurs, l’autre défi auquel nous sommes en train de nous atteler, est la question de la subvention que l’Etat accorde à l’EDG.  Aujourd’hui, nous travaillons à ce que cette subvention puisse aller à d’autres segments de la vie de la nation notamment la santé, éducation…‘‘, a annoncé le DG de l’EDG.

Lire vidéo :

Lire l'article en entier