Décès de M’mah Touré : Charles Wright annonce des poursuites judiciaires 

il y a 1 mois 277
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

24 heures après le décès de la fillette de 9 ans qui a été violée et étranglée à Kobayah dans la commune de Ratoma, le procureur général près de la Cour d’appel de Conakry s’est rendu ce vendredi 1er juillet 2022 dans la famille de la victime. 
Ainsi, Alphonse Charles Wright a d’abord compati à la douleur de la famille avant d’annoncer l’ouverture d’une procédure judiciaire afin de faire toute la lumière sur cette affaire de violence suivie  d’assassinat qui prend de l’ampleur.
« Ça c’est la maison de Dieu. Il n’y a pas d’autres activités qui doit être faite à  ce niveau si ce ne sont les prières. Mais c’est aussi une façon de jeter le discrédit sur ce qui est de la religion et nous ne permettrons pas et nous ne faisons pas la confusion entre un criminel et une religion », dit-il.
Poursuivant Alphonse Charles Wright s’est également engagé d’aller jusqu’au bout de cette affaire pour que les coupables  soient punis.
« Vous ne pouvez pas admettre qu’une jeune fille ne serait-ce qu’âgée de 9ans, quel plaisir on pourra recouvrer en faisant des rapports avec une telle personne ? Les personnes qui sont poursuivies encourent des peines allant jusqu’à la perpétuité parce que le viol a été suivi par des actes de violence, de tortures que nous allons recueillir comme acte de perpétuité pour les personnes qui sont reconnues coupables », a indiqué Alphonse Charles Wright.
Pour l’instant, la grand-mère de la victime, l’imam de la mosquée et certains muezzins ont été interpellés pour des fins d’enquête.
Un geste qui soulage Ibrahima  Sory Touré père de la victime : « Que Dieu les aide pour qu’il trouve les coupables. C’est un acte qui prend aujourd’hui de l’ampleur en Guinée. Nous sommes réconfortés de la présence du procureur. C’est seulement à eux de freiner ce genre de pratique dans notre pays », dit-il. 
Feue M’mah Touré, la victime sera inhumée ce samedi à la demande de ses parents avec l’accord du procureur général près de la cour d’appel de Conakry. 
M’mah Touré est décédée hier jeudi 30 juin. Sur les circonstances de  sa mort, il faut rappeler qu’elle a quitté le domicile de sa grand-mère à 17 heures pour aller acheter une bougie et une boîte d’allumettes. Et quelques temps après, sa famille est informée que son corps a été retrouvé, violée puis étranglée dans la toilette de la mosquée du secteur 4 à Kobaya. 
Lire l'article en entier