CRIEF : Kassory retourne en prison, ses avocats introduisent une nouvelle demande de mise en liberté

il y a 1 mois 42
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Vêtu d’un costume Kaki, Docteur Ibrahima Kassory Fofana a été entendu sur le fond de son dossier, ce mercredi, devant la première chambre de l’instruction de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF).

Au sortir de cette audience, les avocats de l’ancien premier ministre ont exprimé un espoir quant à une éventuelle mise en liberté de leur client, qui croupit depuis le 06 avril dernier en prison.

C’est pourquoi, ils ont introduit une demande de mise en liberté de l’ancien premier ministre, devant la dite chambre de l’instruction.

«Nous sortons d’une audience, il a été question de l’interrogatoire sur le fond, c’est a dire qu’aujourd’hui, le parquet devait présenter à M. Kassory Fofana les preuves des charges qu’il a mis à son compte. Très malheureusement il n’en a rien été. Nous sommes ressortis comme nous étions rentrés sans que rien ne soit montré dans le sens de la culpabilité de notre client. Nous avons élaboré une demande de mise enliberté, nous devons la signer tout de suite et la déposer ensuite. On attend la réponse que la chambre spéciale va donner »,a confié Me Dinah Sampil, un des membres du collectif d’avocats constitué par le prévenu.

Lorsque la demande de mise en liberté est introduite, la chambre de contrôle a 48 heures pour communiquer au procureur spécial qui, à son tour, à cinq jours pour réagir à la requête.

« A compter de la date du dépôt, ils ont au minimum 9 à 10 jours pour se prononcer favorablement ou défavorablement »,a précisé Me Sidiki Bérété.

Selon Me Dinah Sampil, à partir du moment où aucune preuve ne leur a été montrée, le droit voudrait que leur client ne soit plus en détention.

«Sauf pour autre considération, comme ce qui a prévalu depuis le début de ce procès jusque maintenant. Si ce n’était que le droit, on en serait pas encore là», a-t-il lâché.

L’ancien premier ministre a ainsi été retourné à la maison centrale de Conakry.

A noter que l’ancien ministre de l’environnement Oyé Guilavogui a été aussi entendu sur le fond ce mercredi devant la deuxième chambre de l’instruction.

A suivre…

Alhassane Fofana

Lire l'article en entier