CONOR/Thierno Saidou Diakité, consultant sportif : «  c’est l’épilogue d’une longue crise… »

il y a 8 mois 155
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le premier c’est que je suis content que la FIFA ait enfin pris une décision sur la Guinée

Pour Thierno Saidou Diakité, consultant sportif, la mise en place d’un Comité de normalisation à la tête du football guinéen est l’épilogue d’une crise qui n’a que trop duré. Il croit que la FIFA aurait dû intervenir plus tôt. Sa réaction : « Je suis animé par deux sentiments. Le premier c’est que je suis content que la FIFA ait enfin pris une décision sur la Guinée. Depuis le 26 février, date à laquelle le mandat du bureau sortant est échu, les acteurs du football n’ont pas pu s’accorder sur la tenue de l’assemblée générale élective. Raison pour laquelle la FIFA et la CAF sont intervenues  en envoyant une mission mixte qui a rencontré toutes les parties prenantes. Après cette mission, personnellement  je m’attendais  à une décision de leur part (FIFA et CAF) dans les semaines qui ont suivi… De l’eau a coulé sous les ponts et j’ai même assimilé cela à de l’indifférence de la FIFA à l’égard de la Guinée. Fort heureusement, la FIFA a envoyé aujourd’hui un courrier pour annoncer la mise en place d’un CONOR. L’annonce de la mise en place d’un CONOR est l’épilogue d’une longue crise.

Je suis content pour le football guinéen. En revanche, je déplore le fait que la FIFA ait mis trop de temps pour réagir. Cela a laissé la place à un sentiment de doute et il y a des interprétations de part et d’autre. En tout cas, je pense que chacun est maintenant situé sur l’avenir immédiat du football guinéen. Il ne faut pas occulter, ni nier la crise qui existe bel et bien. S’il n’y avait pas de crise, on aurait pu organiser l’assemblée générale élective dans les délais requis.

Dans les jours à venir, la FIFA va venir et le CONOR va être mis en place. Je souhaite que les compatriotes qui seront choisis pour diriger cette structure prennent de la hauteur pour que ce CONOR soit le dernier pour le football guinéen. Parce que qui parle de  CONOR, parle de crise.»

Lire l'article en entier