Condamnation d’Alseyni Diallo par le TPI de Pita : la défense relève appel

il y a 1 mois 54
CONTACTEZ info@lekaloum.com

L’avocat de la défense, Me Lanciné Condé, qui ne voit aucune preuve accablante contre le jeune Alseyni Diallo n’est pas satisfait de la condamnation de son client par le Tribunal de Première Instance (TPI) de Pita à la réclusion criminelle à perpétuité, avec une période de sûreté de 30 ans et a donc relevé appel de cette décision rendue en premier ressort, a appris un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée. 

Cette option de Maître Lanciné Condé, commis par l’Organisation pour la Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH) pour défendre la cause d’Alseyni Diallo se dessinait lors de son plaidoyer au cours duquel il a demandé la relaxe pure et simple de l’accusé, en raison, disait-il, de l’absence de preuve pour accabler le prévenu de viol suivi de meurtre sur la petite Aïssatou. 

Maître Lanciné Condé, avocat

« Jusqu’à preuve du contraire l’ensemble des éléments qui nous a été présenté par le procureur sont postérieurs aux faits criminels. En tout cas, la photo brandie par le procureur confirme que la fille a été violée et assassinée. Mais, elle n’apporte aucune preuve de l’identité de l’auteur. On nous a montré la photo de l’enfant qui est décédé. Il n’y a aucune photo qui montre l’accusé entrain de violer ou qui venait juste de commettre l’infraction. La photo a été présentée pour justifier qu’il y a eu viol. Mais, l’image ne dit rien sur l’auteur du crime. Personne n’a vu Alseyni entrain de commettre l’infraction qui lui est reprochée. Aucun témoignage concordant écrit ou verbal, proche ou lointain sur lequel le Tribunal peut se fonder pour entrer en condamnation. Même si c’est lui qui aurait commis cette infraction, il a eu la chance de prendre des précautions pour ne pas qu’on puisse le découvrir entrain de le faire. Toutefois, le corps a été retrouvé dans la chambre où il habite. Mais, il a persisté et signé que la case ne l’appartient pas et qu’il n’est pas le seul à habiter cette case. Pourquoi le Tribunal n’a pas vérifié cette déclaration et chercher à savoir quels sont les gens qui habitent cette case et pourquoi un corps a été retrouvé là-bas avant de braquer les radars sur lui seul ? C’est pourquoi il a dit que c’est parce qu’il étranger là-bas qu’on n’a pas cherché à inculper les autres, sauf lui seul », a expliqué l’avocat de la défense.

Un autre aspect qui aurait motivé Maître Lanciné Condé à relever appel de ce jugement rendu est la déclaration d’un des avocats de la partie civile qui a dit qu’il a des forts soupçons sur l’accusé.

« Or, en matière criminel, les soupçons profitent à l’accusé et l’article 497 du code de procédure pénale  précise que pour qu’une justice entre en condamnation il faut que les débats contradictoires doivent être sur les éléments de preuve qui doivent assoir sa conviction avant la condamnation. Tel n’a pas été le cas » précise-t-il.   

Depuis Pita, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334 

Facebook Comments Box

Commentaires

Lire l'article en entier